lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Elevage porcin à Taravao : les habitants montent au créneau

Publié le

Publié le 12/07/2018 à 14:17 - Mise à jour le 12/07/2018 à 14:17
Lecture 2 minutes

Le projet d’élevage porcin sur le plateau de Taravao inquiète. Initié par la SCEA Polycultures de Bruno Wa, il compterait à terme près de 2000 bêtes. La mairie de Taiarapu-Ouest a lancé une pétition pour exprimer son opposition à ce projet. Ce vendredi matin, les élus se sont réunis lors d’un conseil municipal extraordinaire pour faire le point sur leur position. La majorité des conseillers souhaite plus d’éléments sur le projet.

>>> Lire aussi : Taiarapu-Ouest se mobilise contre l’installation d’un élevage de porcs sur le plateau de Taravao

Certains habitants de Taiarapu-Est et Ouest se sont eux regroupés en collectif pour militer contre cette installation. Ils voient dans cette exploitation une menace environnementale et économique. Roca, un des membres, tonne :   » Actuellement, on n’a pas d’eau au plateau de 23h30 à 4 heures du matin. Avec 1 800 porcs, ils vont prendre sur le réseau d’eau, on va avoir de l’eau quand ? Economiquement, je ne suis pas sûr qu’un grand élevage soit viable. Pour qu’il le soit, il faut que Wan obtienne les subventions du territoire, défiscalisation et autres… C’est nous qui payons pour ça. Pourquoi aider Wan comme on le fait plutôt que d’aider les petits propriétaires ? C’est une aberration ! Ça suffit ! »

> Prolonger l’enquête publique

Ce vendredi, le collectif a organisé une petite manifestation devant la mairie de Vairao. Ils ont rencontré le maire de Taiarapu-Est, Anthony Jamet. Au sortir de cette entrevue, le tāvana a fait le point sur les revendications du collectif et sur son positionnement. Il explique : « Le collectif demande de repousser l’échéance de l’enquête publique. Elle doit s’arrêter le 19 juillet mais il souhaite l’étendre à la population de Taiarapu-Ouest (NDLR : l’étude d’impact ne concerne que Taiarapu-Est). De notre côté, nous avons demandé au collectif de rencontrer les promoteurs et d’engager un débat contradictoire sur les différents points comme la question du remblai, des effets sonores, du nombre de carcasses, du lisier… »

Anthony Jamet a affirmé ne pas avoir de position lui-même sur le projet. Le premier élu préfère attendre d’en discuter avec l’ensemble de son conseil municipal. « J’attends la réunion du prochain conseil municipal pour me positionner. Il est utile que tous les éléments réclamés par le collectif soient donnés », avant d’ajouter :  » On ne peut pas se désolidariser d’une démarche constructive. »
Le collectif projette d’organiser dans les prochains jours une manifestation devant la mairie de Vairao. Le projet d’élevage porcin au plateau de Taravao n’a pas fini de faire parler de lui.
 

Rédaction web avec Brandy Tevero

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV