dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Education prioritaire: deux maîtres à bord

Publié le

Publié le 18/04/2017 à 12:25 - Mise à jour le 18/04/2017 à 12:25
Lecture 3 minutes

Cela fait deux ans que Emelie Guy professeur des écoles à Pamatai, intervient dans le collège Henri Hiro en tant qu’adjoint supplémentaire au professeur des collèges, tous les mercredis et vendredis matins à raison de deux heures par jour, en cours de français et cours de mathématiques. Ceci afin que le passage clé du CM2 à la sixième se fasse en douceur, et que les nouveaux arrivants en classe de sixième ne soient pas perturbés par ce changement.

Arriver dans un collège pour la première fois, peut perturber certains enfants. Avec ce dispositif, ils semblent rassurés. “Cela permet de créer un lien entre l’école primaire et le collège. Avec ce dispositif, on rentre vraiment dans ce nouveau cycle trois. CM1, CM2, sixième. Le fait qu’il y ait des instituteurs de leur ancienne école qui viennent participer aux cours de sixième, cela les rassure en début d’année.” explique Emelie Guy.

Deux ans après la mise en place de cette expérience rentrant dans  le programme de l’éducation prioritaire, pour l’institutrice, le bilan est largement positif. “Déjà pour nous enseignants, cela nous permet de rencontrer des professeurs du collège et d’échanger nos pratiques. En ce qui concerne les élèves, ce dispositif permet de répondre au mieux, à leurs besoins”.

Autre avantage, “Le fait d’être deux en classe nous permet d’avoir des tout petits groupes d’élèves entre 5 et 7, donc on peut être sur des objectif différenciés et répondre au mieux à leurs besoins, ce que l’on ne peut pas véritablement faire quand on a une classe de 25 ou 26 élèves.”

Pour Djenna Bourliere professeure de mathématiques au college Henri Hiro qui partage sa classe avec Emelie Guy, cette méthode permet de se concentrer sur les élèves qui éprouvent des difficultés. “Quand on a une classe de 25 élèves, on ne peut passer pas trop de temps avec eux, parce que l’on a tout le reste de la classe à gérer. Le fait d’enseigner à deux donne des résultats encourageants.”

Pour cette professeure l’apport de l’institutrice pour la seconder a permis d’innover. “Emilie nous a montré plusieurs techniques, comme de travailler en groupe ou par exemple, cela ne nous était jamais venu à l’esprit de faire travailler des élèves en autonomie, et c’est vraiment un plus.”

Du coté de Didier Rigottard, inspecteur du second degré, on voit ce dispositif, qui est l’un des fers de lance de la rénovation de l’éducation prioritaire, d’un très bon œil. “C’est un moment important de faire travailler à la fois des professeurs des écoles, et des professeurs du second degré. Les deux n’ont pas le même cursus, et le fait de les faire travailler ensemble, donne de nouvelles idées aux enseignants du second degré. Les uns et les autres ont intérêt à se rencontrer et comprendre comment cela marche des deux cotés”.

L’idée étant qu’en travaillant à deux professeurs, “On va donner plus de temps et d’attention aux élèves”.  Autre avantage et non des moindres, cela aide à la compréhension. “On a deux enseignants. donc deux approches différentes ou deux manières d’appréhender ce que l’élève ne maîtrise pas. L’élève peut ne pas comprendre avec un professeur, et comprendre avec l’autre.”

Pour Didier Rigottard, “Dans cette éducation prioritaire, on est en train d’inventer des choses.” Inventer pour se renouveler, trouver d’autres moyens d’enseigner pour que l’élève ne baisse pas les bras lorsqu’il se heurte à quelque chose qui ne comprend pas.
 

Rédaction Web avec Esther Parau-Cordette et Brandy Tevero

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X