jeudi 6 mai 2021
A VOIR

|

Edouard Fritch et Jacques Raynal au chevet de la DAS

Publié le

Publié le 13/08/2017 à 13:45 - Mise à jour le 13/08/2017 à 13:45
Lecture 2 minutes

Lors de cette visite, un état des besoins, particulièrement en termes de personnel, ainsi que le projet de réorganisation de la Direction des affaires sociales leur a été présenté.
 
A ce jour, pour venir en aide aux familles en situation de précarité, la DAS gère deux fonds: le fonds d’action sociale du régime de solidarité de la Polynésie française (FAS RSPF), et le fonds d’action sociale du régime des non-salariés (FAS RNS).
 
A la différence des prestations légales, les aides sociales sont attribuées selon la situation sociale, familiale et économique des demandeurs, et sont limitées dans le temps.
 
Aussi, la conduite d’une évaluation sociale est nécessaire avant toute attribution d’une aide sociale.  Les aides sociales contribuent pour certaines familles, au minimum vital temporaire. Elles comblent la différence entre les besoins essentiels des ménages et les ressources dont ils disposent. Elles font, a minima, office « d’amortisseur » et permettent également de répondre aux situations d’urgence. Les aides les plus sollicitées restent les aides de première nécessité (aides alimentaires, aides vestimentaires, produits d’hygiène et d’entretien).
 
Au-delà des aides sociales, la Direction des affaires sociales accompagne les publics vulnérables, telles que les personnes âgées, ou les personnes porteuses de handicap, mais également les mineurs en difficulté.
 
En 2016, ce sont 9411 personnes qui ont été reçues uniquement au siège de la DAS contre 6526 en 2015. Pour autant, les effectifs de la Direction des affaires sociales sont constants.
 

Rédaction Web avec communiqué

infos coronavirus