lundi 6 juillet 2020
A VOIR

|

Crise : quel impact sur le secteur audiovisuel ?

Publié le

Le secteur audiovisuel du fenua est en suspens depuis plusieurs mois. Plus aucune société de production audiovisuelle ne fournit le marché local et international depuis le début de la crise sanitaire. Certaines se voient contraintes de reporter leurs projets à une date ultérieure.

Publié le 26/05/2020 à 16:21 - Mise à jour le 26/05/2020 à 16:22
Lecture < 1 min.

Le secteur audiovisuel du fenua est en suspens depuis plusieurs mois. Plus aucune société de production audiovisuelle ne fournit le marché local et international depuis le début de la crise sanitaire. Certaines se voient contraintes de reporter leurs projets à une date ultérieure.

C’est un secteur qui fait vivre plus de 150 professionnels à Tahiti. Mais depuis le 20 mars, la crise sanitaire affecte également l’audiovisuel. Avec l’arrêt des vols commerciaux, les productions destinées au marché international sont au point mort. « La filière audiovisuelle ici, en gros on travaille en partie avec la production locale, donc les chaînes de télé, la commande publique, les entreprises privées qui commandent des films institutionnels par exemple. L’autre partie, c’est avec les tournages extérieurs. C’est-à-dire les films de fiction, le cinéma, les télé-réalités. Donc aujourd’hui il y a pas mal de choses qui sont reportées, en stand-by… », explique Denis Pinson, président de l’Association tahitienne des professionnels de l’audiovisuel.
« Aujourd’hui ce qui est compliqué, c’est de faire travailler les gens sur le long terme. Les techniciens que l’on emploie sont tous des prestataires de service étant donné qu’ici on a aucune économie autour de l’audiovisuel », Marie-Ève Tefaatau, productrice indépendante

Ohipa maita’i ou encore Une famille en pleine forme : le tournage de ces émissions locales est reporté. Au fenua, le tournage d’une fiction emploie près de 50 techniciens, pour une période allant jusqu’à 6 semaines. Le protocole sanitaire en vigueur, freine leur production : « Par exemple, là j’ai lu, surtout en fiction, on nous a demandé d’éviter de faire embrasser certaines personnes, les comédiens… Comment on fait ? Ça fait partie du jeu d’avoir des « love affairs » entre les gens, c’est sympa. Est-ce qu’on va le respecter : je ne pense pas. »
Pour Denis Pinson, « tant qu’on n’a pas rouvert les frontières, qu’on n’a pas trouvé un moyen de faire revenir les équipes étrangères, la seule solution serait de miser sur la production locale. »

L’association tahitienne des professionnels de l’audiovisuel se penche sur la rédaction d’un courrier, afin de solliciter une aide auprès du gouvernement.   

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Samuel Zijp, aito d’ultra-trail, veut relier plusieurs sommets de...

Samuel Zijp, athlète d’ultra-trail, s’est lancé le défi de relier plusieurs sommets de Tahiti à pied en moins de 28 heures ce week end. Pour cet "Air Tahiti Nui Summits Challenge", il sera accompagné de deux amis, mais il espère que plusieurs personnes les rejoindront pendant la course pour partager la passion du sport avec eux.

Foncier : les modalités de cession de terres au...

Le ministre de l’Économie verte, ministre en charge des affaires foncières, Tearii Alpha, a convié le président Edouard Fritch à ouvrir, lundi, la matinée de présentation de la mesure de restitution des terres de Rurutu et de Rimatara pour les familles pouvant prétendre à disposer de droits fonciers dans ces deux îles. Cette réunion, qui a rassemblé plus de 400 personnes, s’est tenue dans un des amphithéâtres de l’Université de la Polynésie française, à Punaauia.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV