vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

A quinze ans derrière le volant

Publié le

Publié le 10/05/2017 à 14:04 - Mise à jour le 10/05/2017 à 14:04
Lecture 2 minutes

Les adolescents prendront ils plus le volant pour apprendre à conduire?  Le syndicat des auto écoles est favorable à la conduite accompagnée dès 15 ans. Elle permet désormais d’allonger le temps d’apprentissage. Trois ans au lieu de deux pour effectuer 3000 km  soit 19 km par semaine .
 
« On en a discuté quand le gouvernement nous en a parlé , et on s’est dit pourquoi pas, même si au départ on avait quelques réticences. On va voir ce que cela va donner » déclare Michel Guesdon, vice-président du syndicat des auto-écoles.
 
 
Depuis l’instauration de la conduite accompagnée en 2009, peu de jeunes ont pris la route avec le macaron conduite accompagnée. 110 dossiers ont été enregistrés aux services des transports terrestres. La formule est jugée contraignante par  les familles, notamment le coût, car en conduite accompagnée,  les 20 heures de leçon sont obligatoires avant d’être autorisé à prendre l’option de la conduite accompagné.
 
« Les gens ressentent cela comme une contrainte, parce que déjà il y a les 3 000 km à faire, et beaucoup de personnes se disent, 3 000 km cela fait un paquet de tour de l’île à faire. Maintenant, ils vont avoir trois ans pour le faire et cela permettra aux jeunes de prendre leur temps et les accompagnateurs aussi. De plus, ils arriveront au permis avec trois ans d’expérience. »
 
 Mais pour autant pas question de prendre le volant avec papa à coté et « En voiture Simone ». Non, la conduite accompagnée ne se passe pas comme cela. « On vient à l’auto-école prendre un dossier, avec un livret de formation que l’on va valider auprès des Transports Terrestres. Une fois validé, il faut que les accompagnateurs aient plus de 26 ans et qu’ils n’aient pas eu de condamnation pour conduite en état d’ivresse ou autres. »
 
Mais, cela ne signifie pas qu’il peut pour autant faire l’impasse sur des cours de conduite dans une auto-école. Car avant de postuler à la conduite accompagnée, l’ado doit d’abord passer son code, puis prendre vingt heures de conduite dans une auto-école, avec un moniteur. Et c’est le moniteur qui décidera s’il est apte ou pas pour la conduite accompagnée.
 
« C’est nous qui lui donnons son permis de conduire pour trois ans, et à l’issue de cette période, il passera le vrai permis de conduire. Cela coûte un peu plus cher, c’est plus long, mais c’est une formation plus complète. » Ce système offre selon Michel Guesdon, plus de chance de réussite à l’examen du permis de conduire à 18 ans.

De plus, la conduite accompagné oblige le jeune à faire attention à sa conduite et son comportement sur la route, durant trois ans. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’il passe par le circuit normal, à savoir des leçons de conduite dans une auto-école puis le permis tout de suite après. En général, celui-ci lorsqu’il l’obtient, tend à se prendre pour le roi du monde et oublie ce qu’il a appris à l’auto-école.
 
Le syndicat des auto écoles note cependant que la conduite accompagnée n’est pas forcément reconnue comme une expérience auprès des compagnies d’assurance. Un jeune conducteur formé paiera donc le prix fort pour assurer son premier véhicule.
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV