mercredi 3 mars 2021
A VOIR

|

40 bougies pour le CFPA

Publié le

Publié le 07/08/2017 à 15:46 - Mise à jour le 07/08/2017 à 15:46
Lecture 2 minutes

Travailler la terre, semer les pelouses, planter les végétaux et les tailler. Les métiers du paysage attirent de plus en plus surtout les personnes sans qualification et en reconversion. Comme Teipo Turi, stagiaire au CFPA de la Punaruu. « Je faisais la plonge dans un hôtel. Mais comme j’aime la nature et les plantes, j’ai suivi cette formation. »
  
Et à Punaruu, le CFPA propose des formations solides en alternance avec les entreprises. Dans cet atelier on apprend à réparer et à entretenir les moteurs de bateaux de plaisance en seulement 9 mois.  Les stagiaires sont aussi formés au premier secours mais pas seulement. « Nous avons aussi suivi des cours pour le permis côtier, afin de le passer » explique  Maymerik Lemesle, stagiaire.
 
Toutes les formations du CFPA sont fortement pourvoyeur d’emploi. L’accès et le financement en sont assurés par le pays. Les métiers du bâtiment prennent une place importante depuis la création du centre il y a 40 ans. Et depuis 5 ans, des titres professionnels sont reconnus par l’Etat. Une aubaine pour ceux qui n’ont aucun diplôme. Et c’est le cas pour 70% des stagiaires.
 
Les besoins en formation sont énormes. Rien que l’année dernière, pour 800 stages le CFPA a reçu précisément 3405 demandeurs d’emploi. « En fonction des budgets qui nous sont alloués, nous ne pouvons pas accueillir plus de demandeurs d’emploi » explique Jean Chin, directeur du CFPA de Punaruu. Les quatre unités du CFPA proposent aujourd’hui 45 formations avec un taux d’insertion en entreprise de plus de 50%.
 
 
 
 
Rédaction Web avec avec Esther Parau Cordette

infos coronavirus