200 lits de camps déployés pour les touristes bloqués en Polynésie

Publié le

Sur les quelques 600 voyageurs coincés par les annulations de vol, près de la moitié ont pu être casés. Les hôtels étant désormais pleins, les solutions de logement viennent à manquer. La cellule de crise de la compagnie a donc activé son dispositif d'urgence. Près de 200 lits de camps dans le stock du plan Orsec ont été déployés à l'aéroport et au siège d'ATN.

Publié le 08/07/2023 à 20:11 - Mise à jour le 10/07/2023 à 10:14

Sur les quelques 600 voyageurs coincés par les annulations de vol, près de la moitié ont pu être casés. Les hôtels étant désormais pleins, les solutions de logement viennent à manquer. La cellule de crise de la compagnie a donc activé son dispositif d'urgence. Près de 200 lits de camps dans le stock du plan Orsec ont été déployés à l'aéroport et au siège d'ATN.

La liste des vols annulés s’allonge et, avec elle, le nombre de touristes coincés en Polynésie. Sur les 600 touristes concernés depuis les premières annulations, la cellule de crise d’ATN a réussi à en caser plus de la moitié. Les hôtels étant désormais plein, Tahiti tourisme a dû monter au créneau pour aider à trouver des logements du côté des Airbnb, voire chez l’habitant. Les employés bénévoles d’Air Tahiti Nui proposent même d’accueillir des voyageurs chez eux.

Les passagers bloqués à l’aéroport de Tahiti Faa’a ce samedi soir. Crédit : Esther Cunéo / Tahiti Nui Télévisio

Option de dernier recours : près de 200 lits de camps en stock du plan Orsec ont été mobilisés et transportés par les camions de la présidence jusqu’à la plateforme aéroportuaire. Une centaine d’entre eux ont été installés aux étages supérieur de l’aéroport ainsi qu’à l’aviation civil. Une centaine d’autres ont été déployés au siège même d’Air Tahiti Nui. Dans les couloirs, les bureaux, ou le patio : toutes les surfaces qui le permettent sont mobilisées. Une armée de bénévoles s’est ainsi activée aux côtés des responsables de la direction pour déplier et équiper les lits de camps.

« Tout le monde se sent concerné, à nous de faire en sorte de minimiser l’impact pour nos passagers. Ce qui ne serait pas supportable pour nous ce serait de les voir errer dans l’aérogare pendant la nuit sans aucun couchage » commente le directeur général de la compagnie, Mathieu Bechonnet.

Les touristes auront donc accès à tout le confort du bâtiment, dont les sanitaires et la connection Wifi. La cantine a également été armée et des plateaux repas commandés. Deux équipes de bénévoles se relayeront la nuit pour apporter un peu d’assistance aux voyageurs et les orienter dans le bâtiment. La direction appelle encore le personnel en grève à la raison. « Aujourd’hui nous avons franchit une étape importante » souligne le pd-g de la compagnie, alors qu’une ultime proposition a été transmise aux syndicats à la tête du mouvement (A tia i mua et la CSIP).

Du côté des syndicats, on accuse dimanche matin réception de l’offre en question. L’intersyndicale a fait savoir qu’elle se réunirait « au plus tôt pour étudier sérieusement cette proposition ».

Dernières news