vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Sénatoriales : le recours pour faire annuler les élections, rejeté

Publié le

Les différentes requêtes ont été rejetées.

Publié le 08/03/2021 à 10:50 - Mise à jour le 08/03/2021 à 11:30
Lecture < 1 min.

Les différentes requêtes ont été rejetées.

En octobre dernier, onze grands électeurs dont Christian Vernaudon, Bruno Sandras, Sylviane Terooatea ou encore Tauhiti Nena et Woullingson Raufauore, avaient déposé un recours pour faire annuler l’élection de Lana Tetuanui et Teva Rohfritsch aux sénatoriales.

Le conseil constitutionnel a rendu sa décision le 5 mars. Les grands électeurs dénonçaient par exemple le soutien publique du président Edouard Fritch à Teva Rohfritsch, la participation de ce dernier à plusieurs déplacements dans des communes avant sa démission du poste de vice-président ou encore l’utilisation par Lana Tetuanui du syndicat pour la promotion des communes, dont son mari est président.

Le conseil constitutionnel a rejeté la requête des grands électeurs. Il estime que la manifestation publique par Edouard Fritch d’un soutien à Teva Rohfritsch ne « constitue pas, par elle-même, une manoeuvre ». Le conseil relève qu’il « ne résulte pas de l’instruction et des pièces produites par les requérants » que les sénatoriales aient été évoquées lors des déplacements de Teva Rohfritsch, alors vice-président de la Polynésie dans les communes avant sa démission. Concernant Lana Tetuanui, le conseil constitutionnel estime que l’allégation selon laquelle elle « se serait procuré par le biais » du syndicat pour la promotion des communes, les coordonnées de grands électeurs, « n’est assortie d’aucune justification. »

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.