mardi 17 mai 2022
A VOIR

|

Législatives : Nicole Sanquer veut “corriger les injustices et discriminations que les Polynésiens subissent”

Publié le

Le parti A Here ia Porinetia partira seul aux législatives, sans investiture. Nicole Sanquer, leader du parti, a déposé sa candidature ce mardi matin. Nuihau Laurey et Felix Tokoragi ont en fait de même.

Publié le 10/05/2022 à 13:01 - Mise à jour le 10/05/2022 à 14:14
Lecture < 1 min.

Le parti A Here ia Porinetia partira seul aux législatives, sans investiture. Nicole Sanquer, leader du parti, a déposé sa candidature ce mardi matin. Nuihau Laurey et Felix Tokoragi ont en fait de même.

Après avoir siégé pendant 5 ans à l’Assemblée nationale dans le groupe de l’Union des démocrates, radicaux et libéraux, la députée sortante ne prendra aucune décision pour rallier un groupe avant la fin des législatives. Déjà, elle assure qu’il n’est pas question de rejoindre la majorité d’Emmanuel Macron.

Comme en 2017, Nicole Sanquer se représente dans la deuxième circonscription au côté de sa suppléante Heia Parau. Le tavana de Makemo, Felix Tokoragi, mènera campagne dans la première circonscription. Et l’ancien vice-président d’Edouard Fritch et sénateur, Nuihau Laurey, se lance dans la troisième circonscription. Ils ont déposé leurs candidatures ce mardi matin au haut-commissariat.

Nicole Sanquer dresse un bilan plutôt positif de sa dernière mandature à l’Assemblée. Et elle espère avoir l’occasion de poursuivre son travail. “J’ai réussi à porter non seulement les dossiers que le gouvernement m’avait confiés, mais aussi à faire évoluer les dossiers qui concernent réellement les Polynésiens dont l’amélioration des critères d’éligibilité à la continuité territoriale, à rouvrir le dossier de l’ITR grâce à un rapport que j’ai co-écrit avec d’autres parlementaires, à obtenir la prime d’installation des militaires (…) J’ai un bilan plutôt positif car on oublie souvent que les députés ne sont pas là que pour porter la voix du gouvernement, mais aussi pour corriger les injustices et discriminations que les Polynésiens subissent”.

infos coronavirus