jeudi 22 avril 2021
A VOIR

|

Nouveau réseau de trafic d’ice : le procès renvoyé

Publié le

Les sept personnes arrêtées la semaine dernière pour trafic d’ice n’ont finalement pas été jugées cet après-midi. Leur procès a été renvoyé à leur demande pour qu’ils préparent leur défense. Tous ont été incarcérés à Nuutania dans l’attente de leur nouvelle présentation : parmi eux, une jeune femme dont les parents ignoraient tout de sa consommation d’ice.

Publié le 14/10/2019 à 17:42 - Mise à jour le 15/10/2019 à 16:09
Lecture 2 minutes

Les sept personnes arrêtées la semaine dernière pour trafic d’ice n’ont finalement pas été jugées cet après-midi. Leur procès a été renvoyé à leur demande pour qu’ils préparent leur défense. Tous ont été incarcérés à Nuutania dans l’attente de leur nouvelle présentation : parmi eux, une jeune femme dont les parents ignoraient tout de sa consommation d’ice.

Ce nouveau réseau est tombé grâce à une dénonciation faites aux gendarmes. Après de longs mois d’écoutes, les enquêteurs ont eu confirmation que la petite bande se livrait à un trafic d’ice.

À sa tête, un homme de 30 ans qui, pour éviter d’être repéré, logeait dans de multiples Airbnb de Tahiti. Lors des perquisitions, 15 millions de Fcfp en liquide ont été saisis, de même que plusieurs armes à feu et 39 grammes d’ice. Mais le réseau aurait écoulé entre 100 et 150 grammes de méthamphétamine chaque mois durant un peu moins d’un an.

Pour l’avocate du principal mis en cause, c’est son addiction à la drogue qui l’a fait replonger alors qu’il sortait juste de prison. « Il a recommencé à consommer du paka, ensuite de l’ice. Et surtout, en achetant de l’ice, il a revu d’anciennes relations, des personnes qui étaient dans le trafic, et malheureusement, n’ayant pas trouvé de travail par ailleurs, il s’est laissé influencer et il est retombé dedans. Il a replongé » explique maître Karina Chouini, avocat de la tête de réseau supposée.

Parmi les six autres mis en cause : le père du trentenaire qui jouait les nourrices, mais aussi sa compagne. Une jeune femme dont les parents sont tombés des nues lorsque leur fille a été arrêtée. « Le paka oui (je savais), mais pas du tout pour l’ice et autres drogues. C’est seulement à la gendarmerie que j’ai découvert ça et ça m’a surpris ainsi que mon mari et mes deux autres enfants. (…) Aujourd’hui qu’elle est là-dedans, je préviens les autres parents qu’il faut faire attention, parce que ma fille c’est un exemple pour moi » confie la mère de la jeune femme.

Tous les protagonistes ont été écroués ce lundi à Nuutania jusqu’à leur procès. Ils seront jugés lors de deux audiences distinctes. La première au mois de novembre et la seconde mi-janvier.

infos coronavirus