mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Tragédie à Paea : »Il faut comprendre que c’est un drame, pas un fait intentionnel »

Publié le

Publié le 28/04/2017 à 13:17 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Douleur, tragédie, familles endeuillées, tensions, gendarme éprouvé. C’est avec ces mots que le procureur de la République, Hervé Leroy, a débuté sa conférence de presse, samedi après-midi au tribunal de Papeete.

Les hommages se multiplient après la mort de Vetearii Rupea, touché à bout portant par une balle d’un gendarme. Sa mort suscite de nombreuses incompréhensions sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi le représentant de la justice a souhaité apporter « un récit factuel des faits », pour faire comprendre qu’il s’agit bien « d’un drame, non pas d’un fait intentionnel ». 

« Une femme nous a sollicités pour mettre fin à une violente dispute entre son ex-mari et son compagnon. Deux gendarmes de la brigade de Punaauia sont arrivés à son domicile vers minuit », explique-t-il. Les deux hommes s’insultaient violemment et étaient fortement alcoolisés.

« Le nouveau compagnon, de corpulence athlétique, rouait de coups l’ex mari, beaucoup moins imposant ». Les gendarmes et la femme requérante ont tenté de les séparer, en vain. 

« Compte tenu de la mise en danger de l’ex-mari, l’un des deux gendarmes a dégainé et actionné ce qu’il croyait être son pistolet à impulsions électriques, alors qu’en réalité, il s’agissait de son pistolet automatique ». Les deux armes se trouvaient du même côté. La victime, âgée de 37 ans, est décédée dix minutes après.

« Les gendarmes ont immédiatement prévenu les pompiers et le SAMU, mais malgré les massages cardiaques prodigués, l’homme a succombé à sa blessure. »

Le gendarme en cause a immédiatement été placé en garde à vue. Une mesure d’ailleurs prolongée ce samedi après-midi. 

Une enquête de flagrance a été ouverte par le parquet pour homicide involontaire. Le placement sous contrôle judiciaire contraint le gendarme à ne pas quitter le territoire et à ne pas porter d’armes. 

« L’enquête a donc établi qu’il s’agissait d’un accident et qu’en aucun cas, ce gendarme a délibérément fait feu », insiste le procureur. 

Un juge d’instruction a été saisi samedi pour affiner les circonstances exactes du drame. 
 

Rédaction web 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV