mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Le tribunal s’intéresse aux finances de Robert Wan

Publié le

Publié le 01/06/2014 à 16:02 - Mise à jour le 29/06/2019 à 22:47
Lecture < 1 min.

Un président du Pays, un ancien président, un président de l’assemblée, un ancien ministre, un riche homme d’affaire… étaient à la barre du tribunal de Papeete ce matin. Le procès de l’affaire Anuanuraro s’est ouvert ce lundi 2 juin. En 2002, cet atoll avait été acheté par le Pays à Robert Wan, un proche de Gaston Flosse. Cette transaction a-t-elle été régulière ? Le prix a-t-il été surévalué ? C’est tout l’enjeu du procès.
Gaston Flosse et ses ministres de l’époque, Édouard Fritch, Gaston Tong Sang et Georges Puchon sont soupçonnés de détournement de fonds publics. En 2002, le Pays achète Anuanuraro au milliardaire Robert Wan. 850 millions : était-ce trop cher ? Oui, selon le Parquet. Non, selon tous les accusés.
Gaston Tong Sang était ministre des Affaires foncières à l’époque du rachat de l’atoll de Robert Wan.
Lundi 2 juin, la Cour s’est concentrée sur les difficultés financières de Robert Wan. Aujourd’hui, il estime son patrimoine à 20 milliards Fcfp. Mais à l’époque, la chute de la perle le met en difficulté. Les magistrats souhaitent savoir si le Pays a racheté l’atoll pour le remettre à flots. Car selon le tribunal, en 2002, Robert Wan était en cessation de paiement.
Robert Wan avait en effet un stock de perles estimé à 8 milliards Fcfp, mais il était à découvert selon les enquêteurs.
Gaston Flosse a estimé ce matin qu’on « voulait sa peau ». Le procès doit se poursuivre jusqu’à vendredi. Les accusés encourent jusqu’à 10 ans de prison, une peine d’inéligibilité et 18 millions d’amende.
 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Marquises : le monoi « paku »

En Polynésie, nous connaissons tous le monoi, cette essence naturelle à base d'huile de coco et de tiare, que l'on applique sur la peau pour bronzer. En réalité, il existe plus d'une vingtaine de monoi différents. Aux Marquises, le monoi "paku" est utilisé dans un but bien particulier.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV