samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Le procès du « tireur fou » de Paea renvoyé au 4 février

Publié le

Publié le 02/01/2019 à 14:38 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:36
Lecture 2 minutes

Âgé de 52 ans, cet éboueur de profession depuis plus de trente ans n’a jamais eu affaire avec la justice. Pourtant, le 15 décembre dernier, dans un accès de colère violente, il a commis pas moins de dix infractions.

Ce jour-là, devant le magasin LS Proxy de Paea, pour une raison qui reste mystérieuse, il s’en prend soudain à plusieurs passants. Menace avec une machette, donne des coups de bâton, et surtout, armé d’un fusil de chasse, tire un coup de feu en direction d’un homme. Plusieurs plombs l’atteignent dans le bras et dans la cuisse provoquant une interruption temporaire de travail de 45 jours. Il est aujourd’hui poursuivi pour violence volontaire avec arme et de multiples infractions : menaces de mort, possession de deux armes non déclarées (le fusil et une carabine retrouvée dans sa voiture), usage et possession de cannabis, conduite sans permis… Après une perquisition à son domicile, les gendarmes ont trouvé de nombreuses munitions et du paka.

Après les avoir niés, le prévenu a fini par reconnaître et regretter les faits lors de son audition. Une audition retardée car l’homme était tellement en colère que les forces de l’ordre ont dû le placer en hospitalisation contrainte.

À la barre, ce jeudi 3 janvier, la principale victime, blessée par le fusil, s’est exprimée de façon poignante : « Tous les soirs, je fais des cauchemars, j’entends ce bang en permanence. Dès qu’une porte claque, j’ai peur et je me baisse » a-t-elle déclaré, précisant qu’elle avait encaissé le coup de fusil en se mettant devant un enfant pour le protéger.

Malgré son casier judiciaire vierge et afin d’éviter de le protéger de « la vindicte populaire », le tribunal a décidé de placer l’auteur des faits en détention en attendant son procès sur le fond qui se déroulera le 4 février prochain.

Bertrand Parent

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV