jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Contrôles renforcés sur les routes du fenua

Publié le

Publié le 12/07/2016 à 12:42 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:31
Lecture 2 minutes

Le weekend dernier, trois personnes perdaient la vie sur les routes de Polynésie, à la presqu’île et sur l’île de Raiatea. Malheureusement, ces accidents mortels ne sont pas des cas isolés. 15 personnes ont déjà perdu la vie dans un accident de la route en 2016 en Polynésie française. Parmi ces accidents mortels, neuf impliquent des usagers de deux-roues, et trois sont directement imputables à la consommation d’alcool ou de stupéfiants. 

Dans un communiqué, le Haut-commissaire René Bidal, rappelle que si l’accidentalité en Polynésie française est en forte baisse depuis dix ans, les résultats des contrôles routiers menés par les forces de l’ordre confirment que les comportements dangereux restent fréquents sur les routes. 

En effet, depuis le début de l’année, plus de 1000 conducteurs ont été contrôlés en état d’ébriété ou positifs aux stupéfiants, plus de 1600 conducteurs ont été contrôlés en excès de vitesse, et près de 800 personnes ont été contrôlées sans permis de conduire. 

Le représentant de l’Etat en Polynésie indique donc « qu’en vue de réprimer sévèrement les auteurs d’infractions comportementales » il a demandé aux forces de police et de gendarmerie de cibler particulièrement leurs actions en accentuant : les contrôles d’alcoolémie et dépistages de stupéfiants, les contrôles des deux-roues et des équipements de sécurité et les contrôles coordonnés sur les lieux et horaires accidentogènes. 

Il indique par ailleurs qu’au-delà des contrôles dédiés, les patrouilles de police et de gendarmerie porteront en permanence une vigilance absolue sur les infractions comportementales et la délinquance routière.

Rédaction web avec communiqué

 

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.