vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

5 ans ferme pour un pédophile sévissant aux Tuamotu

Publié le

Publié le 19/02/2018 à 15:16 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:17
Lecture < 1 min.

L’homme de 44 ans, dont l’épouse ne se trouvait pas sur l’atoll, avait fait venir ces enfants âgés de 9 à 11 ans dans son fare. Il avait fermé les rideaux pour ensuite visionner en leur compagnie un film pornographique. Puis il avait demandé à deux des enfants, un garçon et une fillette, de lui faire une fellation.

Si l’homme avait longtemps nié les faits, il avait fini par les reconnaître chez le juge d’instruction et, de nouveau, ce mardi dans la petite salle d’audience du tribunal.

Des aveux, certes, mais atténués par le fait que l’homme a déclaré que ce sont les enfants qui l’avait sollicité.  De propos peu appréciés par l’avocate de la partie civile tout comme la procureure.

« Il continue à vouloir leur faire porter l’initiative de ces actes sexuels. C’est de la manipulation et une forme de perversité. Il les prive de leur statut de victimes », a martelé la magistrate, en rappelant qu’il s’agissait, ni plus ni moins, que de faits de viol mais correctionnalisés avec l’accord des partie-civiles.

L’expert psychiatre qui s’est entretenu avec lui a d’ailleurs souligné sa « perversion » faisant craindre un risque de récidive important.

En plus des cinq années de détention, le quadragénaire sera inscrit au fichier national des auteurs d’infractions sexuelles. Et il devra aussi verser de lourds dommages et intérêts à ses jeunes victimes.

J-B. C. 

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À domicile, en lieu dédié… Comment effectuer sa quarantaine...

La cellule de crise sanitaire du Pays a mis en place depuis le 25 mai une fiche d"engagement sur l'honneur" pour tout voyageur entrant en Polynésie qui doit effectuer une quarantaine obligatoire de 14 jours, à domicile ou dans un centre d'hébergement dédié.

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

Un arbre planté pour chaque enfant né : l’ambition d’une...

Un bout de terre pour faire pousser des arbres et perpétuer la tradition du "pū fenua". À Paea, l’association "Un enfant un arbre un corail" souhaite offrir un arbre aux parents de nouveaux-nés. Depuis un peu plus d’un an, les plants grandissent et l’objectif est d’augmenter la production.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV