mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Huile, carburant : des carcasses de voitures entreposées polluent la baie de Phaeton

Publié le

Depuis plusieurs jours à la Presqu'île, les habitants ont remarqué une véritable pollution dans la baie de Phaeton : de l'huile et du carburant s'écoulent dans l'eau.

Publié le 07/02/2020 à 12:07 - Mise à jour le 10/02/2020 à 8:40
Lecture < 1 min.

Depuis plusieurs jours à la Presqu'île, les habitants ont remarqué une véritable pollution dans la baie de Phaeton : de l'huile et du carburant s'écoulent dans l'eau.

Des carcasses entreposées sur un terrain communal en pente non loin du bord seraient selon les habitants, à l’origine de la pollution de la baie de Phaeton. Avec la pluie, l’huile et le carburant des carcasses sont emportées dans l’océan.

La baie de Phaeton fait partie de la zone de pêche réglementée de Afaahiti.

Un internaute nous a fait parvenir cette vidéo tournée jeudi :

« Il ne s’agit pas d’une casse. En fait c’est un site provisoire d’entreposage de l’ensemble des carcasses de véhicules qui doivent être enlevées de la commune. Un recensement a été effectué. On n’est pas loin d’un gisement de 200 carcasses. Suite à ce recensement, le travail mené avec Fenua Ma nous permettra de les enlever définitivement de Taiarapu Est », explique Teiva Archer, directeur général des services de la commune de Taiarapu Est.

Problème : les carcasses sont sans surveillance. Certaines personnes se rendent même sur le site pour extraire des pièces de voiture. « Les véhicules sont acheminés par nos services techniques, ensuite ils sont dépollués par Fenua Ma et ils doivent être compactés mais le plan de charge fait que certains véhicules ne sont pas compactés dans la soirée. Et on voit des comportements de ce type. Ce qu’on comprend : des administrés viennent récupérer des pièces détachées. certains sont des professionnels, c’est leur métier mais toute fois ils laisse en vrac des pièces, des citernes et réservoirs d’hydrocarbures dans tous les sens. »

Des habitants ont saisi vendredi la direction de l’Environnement et la gendarmerie. Un constat a été fait. Une enquête a été ouverte.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un confinement difficile dans certains quartiers

Dans le quartier Hitimahana, à Mahina, la promiscuité peut rendre le confinement difficile. Les foyers sont groupés et ouverts. 150 à 200 personnes vivent ensemble, au quotidien, et ont du mal à rester à l’intérieur de leurs maisons. S'ils connaissent le danger du coronavirus et ne masquent pas leur inquiétude, ce fléau leur semble pourtant encore lointain…

Covid-19 : de la chloroquine a été commandée par...

Si le traitement contre le covid-19 n'est pas encore validé, le Pays a pris les devant et commandé de la chloroquine pour éviter la rupture de stocks, notamment pour les patients qui en prennent déjà dans le cadre de maladies chroniques. Les autorités font chaque jour un point de situation en Polynésie. Liveblog du 25 mars :

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV