A VOIR

|

Hawaii : une réserve marine a permis la reconstitution des stocks de thons

Publié le

Une nouvelle étude parue dans la revue Science confirme les bénéfices de la plus grande Aire Marine Protégée au monde pour les stocks de thons et la pêche industrielle.

Publié le 24/10/2022 à 15:07 - Mise à jour le 24/10/2022 à 16:19
Lecture 2 minutes

Une nouvelle étude parue dans la revue Science confirme les bénéfices de la plus grande Aire Marine Protégée au monde pour les stocks de thons et la pêche industrielle.

Avec plus d’1.5 million de km2, c’est la plus grande zone marine protégée au monde. Papahānaumokuākea, monument national américain inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et situé dans l’archipel de Hawaii, a fait l’objet d’une étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Science.

Les scientifiques ont analysé les captures réalisées par les palangriers hawaiiens depuis la création de l’aire marine.

L’étude démontre que “les protections accordées à deux espèces migratrices, le thon obèse et l’albacore, ont entraîné des effets de débordement auparavant observés uniquement pour populations de poissons résidentes”.

L’aire marine protégée pourrait avoir deux effets. La première (possibilité) est que ces populations de poissons emblématiques augmentent parce que la réserve abrite des nurseries pour les bébés poissons, et que certains d’entre eux débordent sur les zones voisines. Une deuxième raison pourrait être que les poissons trouvent simplement un endroit sûr pour se regrouper, près de la zone protégée, où ils ne peuvent être capturés“, explique le Pr Jennifer Raynor, économiste de l’environnement à l’université du Wisconsin-Madison, qui a dirigé les travaux, citée par le Guardian.

Les taux de capture par les palangriers Hawaïens ont augmenté de 54% pour les thons à nageoires jaunes (albacore) et de 12% pour les thons obèses, les deux principales espèces ciblées par la pêcherie palangrière Hawaïenne, et de 8% pour l’ensemble des espèces de thons et autres poissons. Les captures ont augmenté principalement dans les 343 km2 autour de la zone protégée, puis jusqu’à 1029 km2 autour.

L’aire marine protégée de Hawaii n’avait pourtant pas été créée spécifiquement pour le thon. Elle était à sa création, plutôt destinée à protéger les tortues marines et les cétacés.

Les résultats de cette étude pourraient constituer un argument de plus en faveur de l’objectif “30×30” – consistant à protéger 30 % des océans sur la planète d’ici 2030 – signé par plus de 100 Pays dans le monde. Mais également en faveur d’une réglementation plus stricte dans les aires marines protégées existantes, souligne l’organisation Pew dans un communiqué.

En Polynésie, lors du One Ocean Summit, le président de la Polynésie Edouard Fritch a annoncé le projet d’une “aire marine protégée de plus de 500 000 km2”.