jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

PLFR3 : la Polynésie reçoit 28 milliards de l’Etat… et des promesses

Publié le

La fin des discussions sur le 3e projet de loi de finances rectificative (PLFR3), autrement dit le budget de l’Etat pour faire face à la crise du Covid-19, avait lieu jeudi soir à Paris. Le gouvernement polynésien, sur demande de l’Elysée, a travaillé au calcul des besoins de financement du Pays qui s’élevait à 56 milliards de Fcfp. Pourtant, l’Assemblée a voté un prêt garanti par l'Etat (PGE) de 28 milliards de Fcfp. La députée Maina Sage s’est rendue dès la mi-juin à Paris pour négocier le montant. Elle n’a pas pu le faire évoluer, mais a obtenu de siéger au comité de suivi du PGE, ainsi que des promesses de financement pour le prochain projet de loi de finances dit « de relance ».

Publié le 10/07/2020 à 10:48 - Mise à jour le 10/07/2020 à 10:55
Lecture 2 minutes

La fin des discussions sur le 3e projet de loi de finances rectificative (PLFR3), autrement dit le budget de l’Etat pour faire face à la crise du Covid-19, avait lieu jeudi soir à Paris. Le gouvernement polynésien, sur demande de l’Elysée, a travaillé au calcul des besoins de financement du Pays qui s’élevait à 56 milliards de Fcfp. Pourtant, l’Assemblée a voté un prêt garanti par l'Etat (PGE) de 28 milliards de Fcfp. La députée Maina Sage s’est rendue dès la mi-juin à Paris pour négocier le montant. Elle n’a pas pu le faire évoluer, mais a obtenu de siéger au comité de suivi du PGE, ainsi que des promesses de financement pour le prochain projet de loi de finances dit « de relance ».

La gestion de la crise sanitaire en Polynésie française a été pour la majeure partie financée sur les fonds propres du gouvernement polynésien. Emmanuel Macron, lors d’une réunion en vidéo-conférence en avril, a demandé un audit financier sur les besoins du Pays, mais le gouvernement central ne l’a pas attendu et a aligné le prêt garanti par l’Etat (PGE) à celui prévu pour la Nouvelle-Calédonie. C’est-à-dire près de moitié moins.

« Ce qu’on demandait, c’est qu’il y ait un vrai suivi et que les arbitrages ne soient pas faits simplement au niveau national de manière déconnectée avec l’expression locale, indique la députée Maina Sage. Pour moi le bilan est plutôt positif, en sachant que ce PLFR3, tel qu’il est vu au niveau national, sert surtout à acter des mesures d’urgence. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ce que souhaite la députée, c’est avant tout générer un climat de confiance pour relancer un cercle vertueux. C’est-à-dire un Etat partenaire qui permet l’investissement des entreprises, et un investissement des entreprise qui offre la consommation des ménages… À défaut d’argent, Maina Sage a obtenu un accord avec l’Etat pour une deuxième étape de financement.

« Je ne dis pas qu’on est pleinement satisfaits, mais on est en tout cas plein d’espoir pour la suite, poursuit-elle. Parce que des discussions que nous avons eu lors de ces réunions, l’Etat a montré cette ouverture de travailler à la suite un deuxième volet. Ce n’est pas forcément un PGE, ce sera à eux de déterminer cela avec le gouvernement bien sûr. Nous en tant que parlementaires, on est là pour huiler la machine, on est là pour poser des jalons, pour signaler, pour alerter. »

Et ce rôle, elle pourra pleinement le tenir car Maina Sage a obtenu par amendement de siéger au Comité de suivi du PGE. Elle devrait donc être en mesure d’argumenter sur les nécessités de financement du prochain projet de loi de finances de relance.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Outuaraea : le nouveau site à vocation touristique à...

Le parc paysager de Outuaraea, situé au niveau du quartier de Hotuarea à Faa’a, a été dévoilé. Le site appelé plus communément pointe du Flamboyant est méconnaissable. Après un an et demi de travaux, l’espace arboré qui domine la piste de l’aéroport devient un lieu de détente équipé d’infrastructures pour les habitants et les touristes.

Education : Snetaa FO Polynésie se lève contre l’affectation...

La branche locale du premier syndicat de l’enseignement professionnel dénonce l'affectation en métropole de quatre lauréats polynésiens de concours enseignants. Il s'agit...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV