lundi 10 mai 2021
A VOIR

|

Les salles de jeux, toujours fermées, tirent la sonnette d’alarme

Publié le

Après les salles de sport, c’est au tour de salles de jeux de tirer la sonnette d’alarme. Fortement impactées durant l’année écoulée, le prolongement au 15 février de leur fermeture les met en grande difficulté. Certaines seraient au bord du dépôt de bilan.

Publié le 24/01/2021 à 16:47 - Mise à jour le 25/01/2021 à 9:45
Lecture < 1 min.

Après les salles de sport, c’est au tour de salles de jeux de tirer la sonnette d’alarme. Fortement impactées durant l’année écoulée, le prolongement au 15 février de leur fermeture les met en grande difficulté. Certaines seraient au bord du dépôt de bilan.

Depuis le mois de novembre les salles de jeux et de loisirs sont fermées. Seules celles dédiées exclusivement à l’accueil d’enfants de moins de 11 ans ont pu échapper à la fermeture administrative. S’agissant pour la majorité d’équipements électroniques, il faut régulièrement entretenir le matériel ou faire des mises à jour et bien entendu, sans aucune rentrée d’argent.

« Le commerce, il ne fonctionne plus. Il faut être honnête. Trois mois sans avoir de rentrée d’argent, je ne sais pas comment c’est possible de pouvoir survivre sachant que la salle, en étant fermée, a quand même des charges… », confie Christophe Chung-Wong, co-gérant de In Game Tahiti.

Les charges mensuelles varient entre 250 000 et 500 000 Fcfp. Elles s’accumulent et les créanciers s’impatientent. La majorité des salles de jeu ont perçu les aides pour compenser les salaires de leurs employés mais quasiment aucune pour le manque à gagner et les charges fixes.

Chez Réalité Virtuelle Tahiti par exemple, la faute est imputable à un très mauvais « timing »… « Ce qui s’est passé, explique Hinarii Win Symington, gérante de l’établissement, c’est que l’année dernière, après un an d’efforts pour pouvoir ouvrir, on a ouvert, il y a eu le confinement presque une semaine après même pas, donc on a refermé. On a pu rouvrir en mai. Ensuite on s’est fait fermer encore une fois puisque là, en novembre, on s’est fait fermer. Et depuis, pas d’aide, rien du tout puisqu’on fait partie des entreprises qui ont été ouvertes après le 10 mars donc on n’a rien du tout. Pour l’instant… on attend. »

Après le confinement du mois de mars, les salles de jeux avaient pourtant appliqué des règles de sécurité sanitaire strictes. Les mêmes que celles des salles de cinéma par exemple qui, paradoxalement, ne sont pas fermées…

infos coronavirus