A VOIR

|

Après les fêtes, place aux inventaires !

Publié le

Après les fêtes de fin d’année, ce début du mois de janvier marque aussi la grande période des inventaires pour de nombreux commerces. Une étape indispensable pour faire le point sur les stocks et préparer dans les meilleures conditions l’année qui vient.

Publié le 03/01/2023 à 15:59 - Mise à jour le 03/01/2023 à 15:59
Lecture 2 minutes

Après les fêtes de fin d’année, ce début du mois de janvier marque aussi la grande période des inventaires pour de nombreux commerces. Une étape indispensable pour faire le point sur les stocks et préparer dans les meilleures conditions l’année qui vient.

Dans ce magasin de Papeete, spécialisé dans les produits « made in Japan », on procède au tout premier inventaire depuis l’ouverture qui s’est faite il y a un an à peine. Stylo dans une main et feuille de comptage dans l’autre, il faut désormais s’attaquer au traditionnel inventaire de début d’année.

« On compte tous les articles. Moi, par exemple, je suis sur les ramens et les yakisobas. J’ai pour tâche de les compter un par un en relevant à chaque fois la DLUO – la date limite d’utilisation optimale, Ndlr-. C’est la première fois que je fais un inventaire. Cela change des tâches du quotidien. C’est bien. On repart sur de bonnes bases pour une nouvelle année », se félicite Victoria Piritua, vendeuse de l’enseigne Kimono.

Et c’est tout l’objectif d’un inventaire : compter avec précision le nombre d’articles en rayon pour chaque référence afin d’estimer les stocks. Ici, la tâche n’est pas simple pour les 4 salariés mobilisés… environ 113 000 articles doivent être répertoriés.

« Je suis en train de compter combien de boissons l’on a. Il faut aussi vérifier la date et les codes-barres », explique Takako Ito, une autre vendeuse. Et celle-ci de poursuivre : « on ne peut pas se tromper. C’est du travail. Pour chaque produit, il faut vérifier la date, les quantités. »

Si ce travail se révèle fastidieux, il est pourtant crucial pour bien débuter l’année. Autre difficulté dans ce magasin : composer avec des produits alimentaires et, donc, des dates de péremption.

« Au niveau des articles, l’alimentaire prend beaucoup plus de temps à inventorier, à cause des DLUO, que les accessoires, les peluches ou autres », constate le gérant de l’enseigne, Yoann Kerneur, « on verra si l’on crée des promotions ou des têtes de gondole avec ces produits particulièrement courts au niveau des dates. Ce sont eux que nous mettrons en avant ce mois-ci ».

Avis aux amateurs de produits japonais, c’est peut-être l’occasion de profiter de bonnes affaires au mois de janvier. Ici, l’inventaire a nécessité deux jours de fermeture pour un état des lieux complet. Réouverture prévue demain aux heures habituelles.