vendredi 27 mai 2022
A VOIR

|

Vidéo – Mate raconte le Tattoo & Arts Festival de Calgary

Publié le

Publié le 08/11/2018 à 8:27 - Mise à jour le 08/11/2018 à 8:27
Lecture 2 minutes

Onze ans déjà que Mate Michalik se consacre à sa passion. Cet ancien pyrograveur, secrétaire de l’association Polynesia Tatau des artistes tatoueurs de Polynésie, pratique aussi bien le tatouage à la machine rotative que le tatouage traditionnel au peigne. Nous l’avons rencontré il y a quelques semaines, alors qu’il revenait tout juste de Calgary, au Canada, où s’est tenue l’une des plus grosses conventions de tatouage d’Amérique du nord, le Tattoo & Arts Festival organisé par Steve Pearce.
 
“C’est une convention où on est invité par l’organisateur lui-même et qu’on ne fait pas sans avoir obtenu un permis de travail, confie le tatoueur. La condition pour participé à cet événement est d’avoir été au moins une fois lauréat dans les conventions de Polynesia Tatau.”
 
Participer à ce genre d’événement, c’est donc d’abord une reconnaissance, mais c’est aussi un moyen de faire progresser son art en rencontrant les meilleurs tatoueurs avec chacun un style différent.
 
“Le travail du réalisme, le travail géométrique, japonais… tous les styles de tatouage, on les retrouve là-bas, poursuit Mate. Ça nous permet aussi de se mettre à la page avec le matériel qui nous est proposé là-bas, parce qu’ils sont quand même plus en avance…”
 
Primé en catégorie traditionnelle en 2016, cette année Mate a fait le choix de la machine. Il était accompagné à Calgary de Manureva Poura, Teata Vauche, Tautu Ellis ou encore Tana Tokoragi qui a remporté cette année le prix du “meilleur tribal culturel géométrique”. Les tatoueurs du fenua ont encore une fois dignement représenté la Polynésie, une Polynésie qui sera à nouveau à l’honneur du 9 au 11 novembre, lors de la convention Polynesia Tatau qui se tient à Arue.
 
 

Rédaction web avec Naea Bennett

infos coronavirus