vendredi 20 septembre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Mate raconte le Tattoo & Arts Festival de Calgary

Publié le

Publié le 08/11/2018 à 8:27 - Mise à jour le 08/11/2018 à 8:27
Lecture 2 minutes

Onze ans déjà que Mate Michalik se consacre à sa passion. Cet ancien pyrograveur, secrétaire de l’association Polynesia Tatau des artistes tatoueurs de Polynésie, pratique aussi bien le tatouage à la machine rotative que le tatouage traditionnel au peigne. Nous l’avons rencontré il y a quelques semaines, alors qu’il revenait tout juste de Calgary, au Canada, où s’est tenue l’une des plus grosses conventions de tatouage d’Amérique du nord, le Tattoo & Arts Festival organisé par Steve Pearce.
 
“C’est une convention où on est invité par l’organisateur lui-même et qu’on ne fait pas sans avoir obtenu un permis de travail, confie le tatoueur. La condition pour participé à cet événement est d’avoir été au moins une fois lauréat dans les conventions de Polynesia Tatau.”
 
Participer à ce genre d’événement, c’est donc d’abord une reconnaissance, mais c’est aussi un moyen de faire progresser son art en rencontrant les meilleurs tatoueurs avec chacun un style différent.
 
“Le travail du réalisme, le travail géométrique, japonais… tous les styles de tatouage, on les retrouve là-bas, poursuit Mate. Ça nous permet aussi de se mettre à la page avec le matériel qui nous est proposé là-bas, parce qu’ils sont quand même plus en avance…”
 
Primé en catégorie traditionnelle en 2016, cette année Mate a fait le choix de la machine. Il était accompagné à Calgary de Manureva Poura, Teata Vauche, Tautu Ellis ou encore Tana Tokoragi qui a remporté cette année le prix du “meilleur tribal culturel géométrique”. Les tatoueurs du fenua ont encore une fois dignement représenté la Polynésie, une Polynésie qui sera à nouveau à l’honneur du 9 au 11 novembre, lors de la convention Polynesia Tatau qui se tient à Arue.
 
 

Rédaction web avec Naea Bennett

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Grands projets : “cela va voir le jour” assure...

L’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée s’est tenue ce matin avec les discours des présidents de l’hémicycle de Tarahoi, Gaston Tong Sang, et celui de la Polynésie Française, Edouard Fritch. Ce dernier a dressé un bilan d’étape de son gouvernement et donné les orientations à venir. Un bilan jugé positif pour la majorité, mais très critiqué par l’opposition.

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV