samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Une fresque vidéo mappée pour l’inauguration du Festival Onou

Publié le

Publié le 30/09/2017 à 15:51 - Mise à jour le 30/09/2017 à 15:51
Lecture 2 minutes

Cette œuvre est le résultat d’une collaboration entre trois artistes, Kalouf, Lardanchet et MRZL du collectif Blast. « Je suis parti sur un caméléon car je peins pas mal d’animaux, et l’idée est de faire une fresque qui va être vidéo mappée ce soir, c’est-à-dire, on va projeter de la vidéo dessus, et le caméléon me paraissait intéressant pour travailler sur la vidéo projection, pour les changements de couleurs etc… » explique Kalouf.

Ce n’est pas sa première participation au festival Onou, Kalouf était de la première édition, puis celle de l’an dernier. Son attirance pour les animaux lui vient de son enfance. « Mon père était herpétologue en Afrique, il étudiait les reptiles et ramenait souvent à la maison des animaux blessés. J’ai donc baigné dans cet univers dès mon enfance ». Pour cet artiste, l’homme doit cohabiter avec son environnement.

Cette fresque est le résultat d’une œuvre à quatre mains. « Je l’ai faite avec Lardanchet qui est dessinateur et sculpteur. On a conçu le dessin à deux, moi je dessinais le caméléon, et lui a dessiné la ville sur son dos. C’est une collaboration entre deux artistes, ou plutôt trois avec MRZL qui va projeter la vidéo ce soir ». Avis aux amateurs, rendez-vous ce soir près du pont de l’Est, coté Mamao, pour assister à la métamorphose du caméléon.

Du 2 au 6 octobre les fresques murales se poursuivront en ville, et du 7 au 11 octobre à Raiatea. 

 

Rédaction web avec Matahi Tutavae

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.