mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Une fresque vidéo mappée pour l’inauguration du Festival Onou

Publié le

Publié le 30/09/2017 à 15:51 - Mise à jour le 30/09/2017 à 15:51
Lecture 2 minutes

Cette œuvre est le résultat d’une collaboration entre trois artistes, Kalouf, Lardanchet et MRZL du collectif Blast. « Je suis parti sur un caméléon car je peins pas mal d’animaux, et l’idée est de faire une fresque qui va être vidéo mappée ce soir, c’est-à-dire, on va projeter de la vidéo dessus, et le caméléon me paraissait intéressant pour travailler sur la vidéo projection, pour les changements de couleurs etc… » explique Kalouf.

Ce n’est pas sa première participation au festival Onou, Kalouf était de la première édition, puis celle de l’an dernier. Son attirance pour les animaux lui vient de son enfance. « Mon père était herpétologue en Afrique, il étudiait les reptiles et ramenait souvent à la maison des animaux blessés. J’ai donc baigné dans cet univers dès mon enfance ». Pour cet artiste, l’homme doit cohabiter avec son environnement.

Cette fresque est le résultat d’une œuvre à quatre mains. « Je l’ai faite avec Lardanchet qui est dessinateur et sculpteur. On a conçu le dessin à deux, moi je dessinais le caméléon, et lui a dessiné la ville sur son dos. C’est une collaboration entre deux artistes, ou plutôt trois avec MRZL qui va projeter la vidéo ce soir ». Avis aux amateurs, rendez-vous ce soir près du pont de l’Est, coté Mamao, pour assister à la métamorphose du caméléon.

Du 2 au 6 octobre les fresques murales se poursuivront en ville, et du 7 au 11 octobre à Raiatea. 

 

Rédaction web avec Matahi Tutavae

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV