mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Taste of Tahiti : le public californien a afflué par milliers aux ateliers polynésiens

Publié le

La Polynésie remporte toujours autant de succès auprès de la population américaine. Lors du festival Taste of Tahiti en Californie, les ateliers de promotion organisés par la troupe Te Ana Hotu ont permis aux visiteurs de participer à des cours d’initiation sur la culture tahitienne, pour d’autres de repartir avec un souvenir indélébile.

Publié le 29/09/2019 à 15:11 - Mise à jour le 30/09/2019 à 11:38
Lecture 2 minutes

La Polynésie remporte toujours autant de succès auprès de la population américaine. Lors du festival Taste of Tahiti en Californie, les ateliers de promotion organisés par la troupe Te Ana Hotu ont permis aux visiteurs de participer à des cours d’initiation sur la culture tahitienne, pour d’autres de repartir avec un souvenir indélébile.

Comme chaque année, la population américaine a afflué de toute la Californie pour assister au Festival Taste of Tahiti, mais surtout pour profiter des ateliers de promotion vers la destination polynésienne, les produits made in fenua et les activités en parallèle…

Initiation à la danse tahitienne, ote’a, aparima, hivinau, pa’o’a. Des cours dispensés par la troupe Te Ana Hotu de Raiatea et la reine du ‘ori tahiti, Matatini Mou.

« Je peux dire que les jeunes de Raiatea sont courageux, confie le tatoueur Tuatini Tamata. On voit qu’ils mettent tout leur amour dans ce qu’ils font et je pense qu’il faut soutenir des petits groupes comme ça. Ce qu’ils font à l’extérieur, c’est vraiment extraordinaire et grandiose. Et ça, c’est une belle promotion… »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

L’atelier de confection de couronnes remporte toujours autant de succès. Les visiteurs sont ravis de pouvoir s’habiller aux couleurs du fenua. 

« Ces couronnes sont vraiment magnifiques et celles qui les portent le sont également, sourit Sylvia, une visiteuse. J’ai hâte de voir le spectacle, cela me rappelle tellement de bons souvenirs que je vais mettre ma couronne de suite ! »

Le tatoueur polynésien Tuatini Tamata a également apporté son expérience sur le festival. Sa présence a permis aux visiteurs de comprendre la signification de certains motifs et pourquoi ils ne devaient pas être utilisés.

« Je suis venu soutenir cette organisation par rapport au tatouage et là je viens faire une démonstration de ce qu’est le tatouage polynésien, explique-t-il. Il y a une grosse demande. Rien que le premier jour, j’ai refusé beaucoup de monde. Et pour les jours suivants, j’étais complètement overbooké… »

Grâce au soutien du ministère de la Culture, du ministère du Tourisme et des communes de Uturoa et de Taputapuatea, la troupe Te Ana Hotu a atteint ses objectifs de promotion avec plus de 3 000 visiteurs sur le festival. En 2020, elle accueillera aux îles Sous-le-Vent une délégation américaine.

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV