A VOIR

|

En images : Six formations à l’affiche de cette 4ème soirée du Hura Tapairu 2022

Publié le

Talent, grâce, passion...et trac des premières fois seront à l'affiche de cette 4ème soirée où six formations ont foulé les planchers de la scène du Grand Théâtre de la Maison de la Culture. Une ovation a salué l'entrée en lice de la troupe de Raiatea, descendue de son île pour concourir pour la toute première fois et exprimant dans sa remarquable prestation l'amour de l'île sacrée.

Publié le 27/11/2022 à 13:12 - Mise à jour le 28/11/2022 à 9:22
Lecture 13 minutes

Talent, grâce, passion...et trac des premières fois seront à l'affiche de cette 4ème soirée où six formations ont foulé les planchers de la scène du Grand Théâtre de la Maison de la Culture. Une ovation a salué l'entrée en lice de la troupe de Raiatea, descendue de son île pour concourir pour la toute première fois et exprimant dans sa remarquable prestation l'amour de l'île sacrée.

Tamari’i Poerava Taravao – Mehura

En tout bien tout honneur, l’ouverture du bal de la soirée revient à la troupe de Moeata Laughlin, née Sassone, qui dirige la troupe Tamari’i Poerava Taravao. Moeata que l’on ne présente plus est l’une des nombreuses jeunes filles de notre Fenua à avoir remporté le prix de la meilleure danseuse. C’était lors du Heiva I Tahiti 1984. Soutenue par son époux John Gabilou, elle décide ensuite d’ouvrir sa propre école de ‘ori Tahiti en 1989 afin de partager et de former les futures danseuses de Polynésie. A cette époque, seules trois écoles existaient à Tahiti : Le Conservatoire, l’école de danse de Makau Foster et celle de Moeata. Grâce au soutien infaillible de son entourage, elle ouvre une deuxième école de danse sur la presqu’île, à Taravao, en 1997. En 2001, Moeata participe au Heiva i Tahiti en catégorie amateur avec le groupe Teva I Tai, qui remporte le premier prix. En 2009, Tamari’i Poerava danse à guichet fermé deux soirs de suite pour les 20 ans de l’école de danse de Faaa. En 2012, Moeata participe au Heiva i Tahiti en catégorie amateur avec son propre groupe Tamari’i Poerava. En 2015, Tamari’i Poerava se présente au Hura Tapairu pour la première fois en catégorie Mehura et remporte le prix Coup de cœur du Jury pour la transmission du savoir. Une troisième école voit le jour à Paea en 2021, dirigée par sa fille Hianau LAUGHLIN, qui marche sur les traces de sa mère et assure la relève. Vous l’aurez compris : Moeata reste et restera une femme ancrée dans sa culture, sa culture qui lui est chère, sa culture qu’elle sublime par la beauté des gestes et leurs significations profondes. Une femme qui véhicule les valeurs de la vie telles que l’humilité, l’amour et l’estime de soi. Ce soir, la troupe Tamari’i Poerava, inscrite en catégorie Mehura, dansera sur le thème de “Maupiti”. Le spectacle sera divisé en deux partie. La première nous contera la magnifique légende de «Urufaatiu». La deuxième partie nous parlera d’un natif de l’île de Maupiti, anciennement appelé «Maurua», partie vivre à l’étranger et qui un jour reviendra chez lui. Les chorégraphies sont signées Moeata et Hianau Laughlin, le chef d’orchestre est Daniel Teriihoania. Les paroles des chants ont été écrites par Yann Par et Jean-Christophe Bouissou, également compositeur des chants avec Bruno Demougeot. Les chants seront interprétés par Tiheni Ena et Gabilou. Le thème : Maupiti, Maurua’atiha’aroa ‘e Hotu de Puatiri’ura eurent 3 fils : Hotuvaeroa, Hotuparaoa et Taharae, et une fille : Urufa’atiu. Ils devinrent guerriers de l’île de Maurua (Maupiti) lorsque décèdent leur parent. Chaque guerrier représentait une montagne, Hotuvaeroa et Hotuparaoa étaient les plus grandes à l’époque, Urufa’atiu, quant à elle, était la plus petite. Arriva un jour où Urufa’atiu complota contre ses frères car elle désirait être la plus haute.

Hine A Uta Pu – Mehura

Créé en 2022, l’association Hine A Uta Pu a été fondée par des travailleurs qui désiraient se réunir pour participer au concours Hura tapairu en catégorie Mehura. Cette participation permettra de promouvoir les valeurs et la culture polynésienne au sein de l’association. Le jeune groupe de danse Hine A Uta Pu réunit des jeunes femmes de tous les horizons et de tous niveaux, un chorégraphe passionné et de musiciens et choristes chevronnés. Hine A Uta Pu doit son nom aux femmes de Motu Uta. Les danseuses de la troupe souhaitent promouvoir la culture polynésienne et les valeurs de notre fenua. Ce soir, elles vont nous interpréter leur propre représentation de la femme et de la nature. Te vahine e te natura. Le groupe souhaite rendre hommage à Mère nature ainsi qu’à toutes les femmes, depuis l’aube au crespuscule de leur vie. Les chansons de Léon Roura et de Angélo Ariitai-Neuffer ont été choisies pour dépeindre la fascination que représente la nature dessinée sous les traits d’une femme. Le thème : La femme et la nature. La nature peut être fragile mais elle peut être aussi la chose la plus belle et parfaite. L’Homme est ainsi ébloui par cette beauté, tout comme il est ébloui par la beauté de la femme.

Te Ui Hou No Tautira – Mehura

Te Ui Hou No Tautira est une toute nouvelle troupe composée uniquement de jeunes femmes originaires de Tautira et qui partagent la même passion du ‘ori Tahiti. Interface privilégiée d’expression culturelle, le Hura Tapairu représente l’opportunité de raconter la splendeur de leur coin de paradis, Tautira, mystérieuse et toujours authentique… Mais ce concours représente surtout, pour la plupart d’entre elles, un challenge à relever, puisque certaines fouleront ce soir pour la toute première fois la scène du grand théâtre. Accompagnées par le comité des jeunes de la paroisse protestante de Tautira, qui a accepté de porter ce projet et de répondre à l’appel lancé par cette jeunesse déterminée à représenter le bout de la côte-est de Tahiti, elles poursuivent un objectif commun : mettre en lumière la beauté et les trésors cachés du Pari. Elles nous présentent aujourd’hui « Te Pari e to na heeuri », thème écrit par Thomas Taitoa, sur une composition de Karila Tauri épouse Taraufau. Le spectacle est mise en scène par Ohau Taraufau.

A Hura Raiatea – Mehura

A Hura Raiatea est une toute jeune association, présidée par Timeri Atuahiva, qui a été créée le 19 juillet 2022 dans le but de participer au Hura Tapairu. Elle est inscrite en catégorie Mehura. C’est le premier concours auquel le groupe participe. A Hura Raiatea est le seul groupe en provenance des îles inscrit au Hura Tapairu cette année. La formation est composée essentiellement de danseuses passionnées de ‘ori Tahiti. Le groupe d’amies a décidé de relever ensemble le challenge de se présenter et de représenter leur île, Raiatea la sacrée, sur la scène de Te Fare Tahiti Nui. Elles danseront et chanteront sur le thème “Te Mama No Hava’i, Fenua Mo’a / Les Enfants de l’île sacrée”, écrit et interprété par les 5 musiciens du groupe Ta’iora, également originaires de Raiatea, qui accompagne le groupe ce soir. Motivés et blindés de bonnes vibrations, danseuses et musiciens vous feront voyager jusqu’à la Sacrée le temps d’un MEHURA. Ils comptent bien nous expliquer de quelle île ils viennent et qu’ils sont fiers de la représenter ce soir. Auteurs et compositeurs : Olivier Tissot et Taimoe Temahahe.

Poti’i No Vini Vini – Mehura

Poti’i No Vini Vini est une jeune formation qui a vu le jour cette année. Elle a été créée par Poeura Sorman épouse Gooding et est composée d’employés et de proches de la société Vini Vini. Ces employés passionnées de ‘ori Tahiti, ont eu le désir cette année de participer au Hura Tapairu afin de conter et danser le parcours édifiant de la société Vini Vini et de son fondateur Francis Ching dit « Vini Vini ». Les danseuses de la troupe, inscrite en catégorie Mehura, présentent donc ce soir un spectacle sur le thème “Tautai / la pêche”. La chorégraphie est signée Vaheana Le Bihan. Le chef d’orchestre est Tahiarii Pater. Le chant a été écrit par Mike Tessier et composé par Areatua Parau.

Tapairu Tahiti – Tapairu et pahu nui

Tapairu Tahiti a été créé cette année en tant que groupe pour sa participation au Hura Tapairu. Le groupe est dirigé par Reiarii Teai, dirigeante et chorégraphe filles. Elle est assistée de Kristel Chong Fat pour la chorégraphie des filles, de Tommy Tihoni pour la chorégraphie des garçons, de Tamatea Teraa pour la partie instrumentale et de Tamatoa Kautai pour la composition des ‘aparima. Cette jeune troupe, composée d’une trentaine de personnes, évoluera ce soir sur un thème écrit par Tonyo Toomaru : “Varua tioioi / déchirure de l’âme”. Tonyo Toomaru est également l’auteur des chants. Ce soir, Tapairu Tahiti, inscrit en catégorie Tapairu, participe également au concours facultatif Pahu Nui. Le thème : Déchirure de l’âme. Chaque chose en son temps… il y a le temps des festivités et le temps des deuils, telle est le cercle vicieux qui se présente à l’humanité depuis les temps immémoriaux. Lorsque les vicissitudes complexes s’annoncent, des observables se manifestent et proposent des solutions. Seule l’ouverture d’esprit et la volonté permet à l’homme de s’en sortir pour des jours meilleurs. Gardons l’esprit et le cœur ouverts, tels sont les véritables repères pour retrouver le chemin de la tranquillité et de l’amour