vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Elsa Grether ou le violon en passion

Publié le

Publié le 09/04/2017 à 10:17 - Mise à jour le 09/04/2017 à 10:17
Lecture 2 minutes

Elsa Grether est ce qu’on appelle une musicienne de premier plan. Elle est en visite à Tahiti pour la première fois, afin de nous faire découvrir sa passion : le violon.

Mercredi et vendredi, elle montera sur scène pour interpréter, non pas les grands classiques, mais des œuvres modernes pour la plupart méconnues.

« Ce sont des extraits de mon dernier disque qui sortira début juin. C’est un disque extrêmement varié qui fait référence aux mille facettes du violon. »

De Jean Sébastien Bach à Tôn Thât Tiet, compositeur vietnamien contemporain, en passant par Eugène Ysaye et Aram Khatchatourian, c’est un véritable tour du monde musical, que présentera Elsa Grether lors de ses concerts sur le fenua.

« En tant qu’interprète, on respecte fidèlement la partition, l’esprit du compositeur et son intention. Mais on doit mettre aussi beaucoup de nous mêmes, notre vécu. C’est cela l’interprétation. Une recherche intérieure »
 
Elsa Grether donnera également une master class jeudi, auprès des 80 élèves qui apprennent le violon au conservatoire de Tipaerui. « C’est important pour ces élèves d’avoir une oreille extérieure et des conseils, et jouer pour d’autres gens. Je leur donnerai quelques conseils techniques. »
 

Rédaction Web avec Tamara Sentis

Violoniste française d’origine alsacienne, Elsa Grether donnera trois concerts les 9, 12 et 14 avril à Tahiti et Moorea à l’invitation de Musique en Polynésie. La violoniste de renom a déjà participé à de nombreux festivals sur la scène métropolitaine, avec notamment que le Festival des Abbayes en Lorraine, et sur la scène internationale avec le Carnegie Hall de New York.

Tarifs : 1 000 Fcfp pour les jeunes et étudiants, 3 000 Fcfp pour les adhérents de l’association Musique en Polynésie et 4 500 Fcfp pour les non-adhérents.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV