vendredi 26 février 2021
A VOIR

|

À Rurutu, la langue et la culture enseignées à l’école

Publié le

La langue et la culture sont au centre des préoccupations de la direction de l’école de Rurutu. Depuis l’an dernier, une partie de l’enseignement à l’école primaire se fait en Rurutu.

Publié le 24/01/2021 à 10:11 - Mise à jour le 24/01/2021 à 10:11
Lecture 2 minutes

La langue et la culture sont au centre des préoccupations de la direction de l’école de Rurutu. Depuis l’an dernier, une partie de l’enseignement à l’école primaire se fait en Rurutu.

C’est une demi-journée un peu particulière pour les 314 enfants du groupe scolaire de Moerai. Durant cette matinée, ils réapprennent ce qui constitue une partie de leur patrimoine culturel. Pas de mathématiques, ni de conjugaisons et autres disciplines typiques du premier cycle. À la place, du tressage de pandanus ou encore de la teinture de moré enseignés en langue Rurutu.

« Nous voulons que la langue se perpétue à l’école et dans les familles, les foyers, et même dans les écoles du dimanche. Et nous invitons les animateurs des écoles du dimanche à parler la langue pendant ces moments-là. C’est très important pour nos élèves, souligne Nuupure Riveta, directrice du groupe scolaire Moerai. Parce que si nous ne faisons pas ça aujourd’hui, c’est une langue qui tend à disparaître parce qu’on ne l’entend presque plus, à part chez les personnes âgées. »

L’apprentissage de la langue se fait par tous les moyens : la musique avec l’apprentissage du toere ou encore de orero, mais aussi par l’alimentation.

« Les enseignants disent ‘oui mais ils ne me répondent pas en reo, ils ne me parlent pas’. Mais les enfants, on le sait tous, ne parleront pas de suite mais au moment des activités c’est à nous d’impulser ça au niveau des classes, de faire en sorte que les enfants parlent. Depuis novembre, on a vu de véritables progrès« , note la directrice.

Le dispositif de classe bilingue à Rurutu est établi sur 3 ans. Il devrait être mis en place dans d’autres établissements dans les îles avoisinantes.

infos coronavirus