fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

Un tiers des enfants néo-zélandais vivent sous le seuil de pauvreté

Publié le

Publié le 20/08/2016 à 12:18 - Mise à jour le 20/08/2016 à 12:18
Lecture 2 minutes

C’est une triste statistique qu’annonce le Guardian cette semaine. Selon le média, qui reprend les chiffres de l’UNICEF, 300 000 enfants vivent dans la pauvreté en Nouvelle-Zélande, c’est à dire, qu’ils vivent  dans des familles dont le revenu n’excède pas 60% du salaire moyen national (28 000 dollars néo-zélandais par an/ 550 dollars par semaine). La plupart d’entre eux seraient d’origine maori.
 
Si l’on en croit l’UNICEF, les enfants pauvres ne meurent pas de faim en Nouvelle-Zélande, mais ils vivent une existence privée d’activités, d’hygiène, de confort, d’une qualité alimentaire suffisante.”Ils ne pratiquent généralement ni sport, ni musique et ne peuvent suivre une éducation complète” explique Linda Murphy, un travailleur social avec la Ville d’Auckland. “Ils sont animés par une dynamique de survie, et non de vie.

Le problème est également sanitaire. La Nouvelle-Zélande compte un nombre croissant de maladies associées à la pauvreté chronique comme la fièvre rhumatismale et les maladies respiratoires. Des maladies que l’on retrouve rarement dans les pays développés.

Nous devons nous demander en tant que société, sommes-nous vraiment prêts à laisser nos enfants grandir de cette façon?” clame Vivien Maidaborn, directeur exécutif de l’Unicef ​​en Nouvelle-Zélande. “Au cours des vingt dernières années, nous avons de plus en plus blâmé les gens qui ont besoin d’aide, prétendant que s’ils ne pouvaient pas subvenir correctement aux besoins de leurs enfants c’est qu’ils ne savaient pas gérer leur budget. Que s’ils ne travaillaient pas c’est qu’ils étaient paresseux“.

Darrin Hodgetts , professeur de psychologie sociale à l’Université Massey explique que “la position du gouvernement depuis plusieurs années est d’affirmer que trouver un emploi sortirait les familles pauvres du besoin. Il ne s’agit de rien autre que de la propagande.” En effet, selon les statistiques, environ 37 % des enfants pauvres ont leurs deux parents qui gagnent un revenu.
 

Rédaction web

 

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X