jeudi 22 août 2019
A VOIR

|

Un “désastre écologique” : un million de poissons d’eau douce retrouvés morts en Australie

Publié le

Publié le 13/01/2019 à 10:23 - Mise à jour le 13/01/2019 à 10:23
Lecture 2 minutes

Les berges de l’immense bassin hydrographique Murray-Darling empestent désormais la pourriture, et on ne compte plus le nombre de vidéos tournées par des élus locaux ou des riverains pour alerter l’opinion sur cette catastrophe écologique. Les autorités ont évalué le bilan à plusieurs centaines de milliers de poissons morts, et le chiffre du million pourrait même être déjà dépassé, alors que le gouvernement de l’État de Nouvelle-Galles du Sud redoute une aggravation de la crise, avec des températures annoncées cette semaine à la hausse.

Outre la sécheresse, la baisse du niveau des cours d’eau et la montée des températures pourrait avoir aussi favorisé la propagation d’une algue qui priverait les poissons d’oxygène et libérerait des toxines. “Nous nous attendons à voir davantage de poissons morts dans certains secteurs de l’extrême-ouest (de l’État de Nouvelle-Galles du Sud) et sur le (plateau de) Northern Tablelands”, a déclaré le ministre de l’Eau de l’État, Niall Blair.

Bien que localisée dans le Sud-Est de l’île-continent, cette catastrophe a un retentissement national. “C’est un désastre écologique”, a déclaré lundi le Premier ministre australien Scott Morrison. “C’est un spectacle bouleversant.”

Le gouvernement de Morrison a attribué l’hécatombe à la sécheresse, tout en défendant certaines politiques qui, selon les riverains, ont généré la pollution et la baisse des niveaux des cours d’eau. 

“Il y a une sécheresse et c’est une des conséquences de la sécheresse”, a déclaré Morrison. 

Voilà cependant des années que des chercheurs mettent en garde contre l’extraction sauvage et non contrôlée d’importantes quantités d’eau des fleuves, pour l’irrigation ou à d’autres fins.

“La mort des poissons et des cours d’eau n’est pas le fait de la sécheresse. C’est dû au fait que nous puisons beaucoup trop d’eau de nos fleuves”, affirme John Williams, spécialiste de la question de l’eau à l’Université nationale australienne. 

Le chef de file de l’opposition travailliste, Bill Shorten, a appelé le gouvernement à créer un “groupe de travail d’urgence” sur cette catastrophe écologique. 

“On ne peut fermer les yeux sur la mort d’un million de poissons”, a-t-il dit.

Le Premier ministre a affirmé de son côté que la gestion du Bassin Murray-Darling, qui est le plus vaste bassin hydrographique du pays, avait été bipartite, et que son gouvernement n’avait fait que suivre les politiques menées auparavant par les travaillistes. 

“Je m’inquiète aujourd’hui de ce que certains politisent cette question”, a-t-il dit.

Mais au vu l’ampleur de la catastrophe en cours, des universitaires demandent désormais des comptes aux hommes politiques. 

“Des milliards ont été dépensés dans la rénovation des infrastructures d’irrigation”, a rappelé Quentin Grafton, de l’Université nationale australienne. “Mais la population n’en a tiré aucun bénéfice.” 

“C’est une honte et il est temps que les responsables rendent des comptes sur la catastrophe qui se déroule.”

 

Rédaction web avec AFP

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER