mardi 22 septembre 2020
A VOIR

|

Près de 10 mois de contestation populaire au Liban

Publié le

Le Liban, dont le Premier ministre Hassan Diab a annoncé lundi la démission de son gouvernement, a été secoué à partir d'octobre 2019 par une contestation populaire contre la classe dirigeante, relancée par l'explosion qui a semé mort et destruction à Beyrouth.

Publié le 10/08/2020 à 9:58 - Mise à jour le 10/08/2020 à 9:59
Lecture 3 minutes

Le Liban, dont le Premier ministre Hassan Diab a annoncé lundi la démission de son gouvernement, a été secoué à partir d'octobre 2019 par une contestation populaire contre la classe dirigeante, relancée par l'explosion qui a semé mort et destruction à Beyrouth.

L’étincelle

Le 17 octobre 2019, le gouvernement annonce une taxe sur les appels effectués via WhatsApp. Cet impôt de plus dans un pays à l’économie exsangue fait exploser la colère des Libanais.

« Le peuple réclame la chute du régime », scandent les manifestants qui brûlent des pneus et bloquent des routes.

Le gouvernement renonce à la taxe, mais des milliers de personnes continuent à manifester.

Le lendemain, des forces de l’ordre tirent des gaz lacrymogène pour disperser la foule. Des dizaines de personnes sont arrêtées.

Barricades

Le 19, des dizaines de milliers de Libanais se rassemblent à Beyrouth, Tripoli (nord), Tyr (sud), Baalbek (est). Plusieurs axes routiers sont bloqués.

La mobilisation culmine le lendemain avec des centaines de milliers de manifestants.

Les protestataires réclament le renouvellement de toute la classe dirigeante, quasi inchangée depuis des décennies et jugée corrompue et incompétente.

Hariri démissionne

Le 29, Saad Hariri et son gouvernement démissionnent. Les manifestants reprennent leurs sit-in sur des artères à Beyrouth.

Le 3 novembre, plusieurs milliers de personnes envahissent les rues, après un rassemblement de partisans du président Michel Aoun.

Le 12, celui-ci attise la colère en conseillant aux mécontents « d’émigrer ».

Hassan Diab le remplace

Le 11 décembre, les soutiens internationaux à Paris conditionnent leur aide à la mise en place d’un gouvernement « efficace » engageant des réformes.

La crise économique s’est aggravée avec des licenciements en masse, des restrictions bancaires drastiques et une forte dépréciation de la livre libanaise.

Le 19, Hassan Diab est désigné Premier ministre, mais l’appui apporté à sa nomination par le Hezbollah et ses alliés attise la colère d’une partie de la rue.

Violences

Le 11 janvier 2020, les manifestations reprennent après une période d’essoufflement.

Les 14 et 15, des violences nocturnes à Beyrouth et plusieurs banques vandalisées.

Les 18 et 19, au moins 546 personnes sont blessées dans des heurts. Human Rights Watch accuse les policiers d’avoir « tiré des balles en caoutchouc en visant les yeux ».

Nouveau gouvernement

Le 21 janvier, le Liban se dote d’un gouvernement, formé par un seul camp, celui du Hezbollah pro-iranien et ses alliés, notamment le parti Amal et le Courant patriotique libre (CPL) du président Aoun.

Le 11 février, le Parlement accorde sa confiance au gouvernement, en dépit de l’opposition de centaines de manifestants. Des affrontements font plus de 370 blessés.

Défaut de paiement

Le 7 mars, le Liban, qui croule sous une dette de 92 milliards de dollars (170% du PIB), fait défaut sur une première tranche de sa dette, d’un montant de 1,2 milliard de dollars.

Le 23, il annonce qu’il ne paiera pas l’ensemble de ses bons du Trésor émis en dollars.

Le 30 avril, le gouvernement annonce un plan de relance et demande une aide du Fonds monétaire international.

Le 13 mai, le Liban entame des négociations avec le FMI. Mais le processus est depuis au point mort.

Effondrement de la monnaie

Mi-juin, des manifestations éclatent au Liban après une nouvelle dégringolade de la livre.

Les 23 et 24 juillet, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian se rend au Liban et réclame des réformes attendues « depuis trop longtemps ».

Déflagration

Le 4 août, une énorme explosion au port de Beyrouth détruit une partie de la capitale et fait au moins 160 morts et plus de 6.000 blessés, ainsi que des centaines de milliers de sans-abris.

Le drame relance la contestation populaire qui s’était essoufflée avec la pandémie de coronavirus.

Des milliers de Libanais manifestent le 8 août contre leurs dirigeants accusés d’être responsables du drame.

Des heurts opposent protestataires aux forces de sécurité, qui tirent des gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc. Des manifestants occupent brièvement des ministères.

Le lendemain, de nouveaux affrontements surviennent dans le centre-ville.

Hassan Diab jette l’éponge

Le 10, Hassan Diab annonce la démission de son gouvernement à la suite du « séisme » provoqué par l’explosion.

infos coronavirus

Coronavirus : les UV pour lutter contre l’épidémie ?

C’est un appareil qui pourrait s’avérer très efficace pour désinfecter les surfaces susceptibles d’être contaminées par la Covid-19. Le Bio-Scan utilise les...

Covid-19 : Des guides sanitaires pour mobiliser la population dans les quartiers de Papeete

20 guides sanitaires arpentent chaque jour les quartiers de la capitale pour sensibiliser aux mesures de précaution et protéger la population. Armés de gel désinfectant et de beaucoup de patience, ils rappellent jusqu’au domicile des personnes les plus isolées ou les plus faibles, comment éviter la propagation du coronavirus.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV