samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Premier lâcher de moustiques contre la dengue à Nouméa

Publié le

La mairie de Nouméa en Nouvelle-Calédonie a lâché mercredi dans la nature les premiers moustiques auxquels une bactérie permettant d'éradiquer la dengue a été inoculée, dans le cadre d'un programme sanitaire innovant, a constaté l'AFP.

Publié le 10/07/2019 à 10:07 - Mise à jour le 05/08/2019 à 9:21
Lecture 2 minutes

La mairie de Nouméa en Nouvelle-Calédonie a lâché mercredi dans la nature les premiers moustiques auxquels une bactérie permettant d'éradiquer la dengue a été inoculée, dans le cadre d'un programme sanitaire innovant, a constaté l'AFP.

Lors d’une cérémonie organisée dans le centre-ville de la capitale calédonienne, quelque 500 moustiques « wolbachia » ont été libérés de petites boites de laboratoire, après avoir été infectés par la bactérie du même nom.      

Des chercheurs australiens ont mis en évidence il y a une dizaine d’années que l’inoculation de cette bactérie à l’Aedes Aegypti, moustique tigré au rang des plus dangereux au monde, bloquait la transmission aux humains des virus de la dengue, du zika et du chikungunya. « Il s’agit d’une bactérie présente naturellement dans 60% des insectes et qui est inoffensive pour l’homme et pour l’environnement », a expliqué le docteur Nadège Rossi, chef du World Mosquito Program à Nouméa.

Une première sur le territoire français

En mars 2018, l’université australienne de Monash, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, l’institut Pasteur et la ville de Nouméa, ont conclu un partenariat pour expérimenter cette méthode biologique innovante de lutte contre ces maladies. Il s’agit d’une première sur le territoire français, alors que la méthode a déjà été éprouvée avec succès dans une douzaine de pays dont l’Australie, le Brésil ou l’Indonésie. « Les résultats y ont été extrêmement concluant avec une disparition des épidémies de dengue dans toutes les zones qui ont été traitées », a déclaré à l’AFP Tristan Derycke, adjoint au maire en charge des questions sanitaires.      

Pendant six mois, des lâchers de moustiques « wolbachia » vont avoir lieu toutes les semaines à Nouméa « le temps que la population de moustiques se renouvelle et qu’il n’y ait plus que des moustiques « wolbachia » dans la nature », précise-t-il . Il a également déclaré avoir « bon espoir » que toute la Nouvelle-Calédonie adopte ce procédé, qui met fin aux épandages d’insecticides.      

Deux morts de la dengue cette année en Nouvelle-Calédonie

Depuis le début de l’année, deux personnes, dont une fillette de 8 ans, sont morts de la dengue en Nouvelle-Calédonie, près de 4 000 personnes ont été contaminées et 300 hospitalisées. « Les épidémies s’allongent et paraissent cliniquement de plus en plus sévères avec des morts chaque année et des séquelles en termes oculaires ou hépatique », a précisé Tristan Derycke, médecin de formation.      

En 2017, 13 personnes avaient succombé en Nouvelle-Calédonie à l’arbovirose, qui provoque douleurs articulaires et forte fièvre et s’avère mortelle quand elle devient hémorragique ou s’attaque à un organe vital.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV