samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Phosphates : l’or maudit de Nauru

Publié le

Publié le 01/09/2018 à 13:09 - Mise à jour le 01/09/2018 à 13:09
Lecture 3 minutes

Le phosphate a longtemps été l’or de Nauru. Mais de l’or sous forme de poudre, qui file entre les doigts. Pendant plus d’un siècle, l’île a vu partir au moins un bateau par semaine, avec jusqu’à 30 tonnes de phosphate dans les cales. Destination : l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, dont les agricultures se sont construites sur ce fertilisant.

Comme à Makatea, l’extraction s’est longtemps faite à la pelle. Nauru a même employé jusqu’à 4000 ouvriers, pour la plupart chinois, à ce travail harassant. Dans les années 1940, la mécanisation permet d’aller plus vite, puis plus profond. Après leur indépendance, en 1968, les Nauruans deviennent très riches et quittent leur mode de vie traditionnel.
 

Mais dans les années 1990, la ressource se tarit. Nauru est alors un immense gruyère. La forêt primaire est détruite. Le pays est ruiné. Les voitures de luxe rouillent au bord de la route.
 
« On a dû retourner en mer, remonter au cocotier pour chasser les oiseaux… Ca nous est tombé dessus d’un coup : il n’y avait plus d’argent. Plus d’argent à la banque… A Nauru, c’était la banqueroute. Donc on a dû s’adapter à cette nouvelle vie » raconte Cindy Limen, une Nauruane née juste avant l’indépendance.
 
Après avoir été la plus riche, Nauru est l’une des îles les plus pauvres du Pacifique, avec les stigmates de son passé industriel : d’immenses hangars décrépis, des installations portuaires qui tombent en ruine, et tous les déchets de l’opulence passée. Plage et colline ne sont qu’un amas de détritus.
 
Pour survivre à cette crise, Nauru accepte la proposition de l’Australie : accueillir dans des camps les migrants refoulés par l’île-continent. Plusieurs centaines de réfugiés traînent leur misère dans les rues de Yaren ou d’Aiwo. En contrepartie, l’Australie est, de loin, la principale pourvoyeuse de fonds de cette petite île d’onze mille habitants.
 

Aujourd’hui, Nauru espère renouer avec l’âge d’or du phosphate. De nouvelles technologies permettent  de scanner les sols, et de creuser plus profond. La nouvelle exploitation vient de débuter. Il y aurait encore 59 millions de tonnes à recueillir. Cette fois, c’est promis : en rebouchant les trous !
 
« Le véritable intérêt de reprendre l’exploitation du phosphate à Nauru, n’est pas seulement de maintenir cette activité industrielle, qui bénéficie au pays comme aux propriétaires de terres », assure Robert John Mencel, le Directeur général de Ronphos Corporation. « Nous faisons en sorte que les terres soient de nouveaux exploitables dans le futur, pour l’agriculture, pour construire maisons ou infrastructures ».

De nouveaux bénéfices et une île qui pourrait retrouver son ancien visage ? Nauru est séduite. L’exploitation des phosphates pourrait durer encore 20 à 30 ans, tout en nettoyant les affreux vestiges de l’industrie passée.

Ensuite, il faudra trouver autre chose. A priori, ce ne sera pas le tourisme : les plages sont polluées, le seul hôtel de l’île est probablement l’un des plus laids d’Océanie, et les cartes postales sont vendues 5 dollars.
 

Mike Leyral

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu