lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Pacifique : « la décharge flottante » fait trois fois la taille de la France

Publié le

Publié le 21/03/2018 à 7:33 - Mise à jour le 21/03/2018 à 7:33
Lecture 3 minutes

La production de plastique dépasse les 320 millions de tonnes par an. Une grande partie de ces sacs, bouteilles, emballages, filets de pêche abandonnés et microparticules dégradées s’agglutinent dans plusieurs zones des océans. Sous l’effet de tourbillons géants formés par les courants marins, ils menacent animaux et écosystèmes. 

  C’est le plus important de ces vortex, connu comme la “grande zone d’ordures du Pacifique” (Great pacific garbage patch, GPGP), que sont allés scruter, à mi-chemin entre Hawaii et la Californie, les auteurs de l’étude publiée dans la revue Scientific Reports.

Estimant que tout km2 contenant plus d’un kilo de plastique fait partie de cette poubelle du Pacifique, ils évaluent sa taille à environ 1,6 million de km2, soit trois fois la France continentale, même s’il ne s’agit pas d’une masse compacte.

En se basant sur la récolte de 1,2 million d’échantillons et sur des survols aériens, ils concluent aussi que 1,800 milliards de morceaux de plastique, pesant un total de quelque 80 000 tonnes, flottent dans ce magma qui “augmente de façon exponentielle”.

DES FILETS FANTOMES

Ces estimations sont ainsi quatre à 16 fois supérieures à deux précédentes études de ce vortex, soulignent les chercheurs. Un résultat en partie lié à des méthodes d’analyse “plus fiables”, les précédentes s’étant surtout concentré sur les microplastiques. Mais qui pourrait “aussi être attribué à l’augmentation de la pollution plastique des océans dans la zone”, notamment en lien avec les débris du tsunami japonais de 2011.

De manière générale, le plastique représentait 99,9% des déchets récoltés, mais pas nécessairement sous forme microscopique comme s’y attendaient les scientifiques. Ils ont été surpris de découvrir qu’en poids, plus des trois quarts de cette décharge étaient constitués de débris dépassant 5 cm et près de la moitié de matériel de pêche abandonné.

Ces cordes et ces filets “fantômes” tuent beaucoup “de poissons, de tortues, et même de mammifères marins” qui s’empêtrent dedans, explique l’auteur principal Laurent Lebreton, de la fondation Ocean Cleanup.

Mais c’est malgré tout “plutôt une bonne nouvelle” parce que “les gros débris sont bien plus faciles à collecter que les microplastiques”, souligne-t-il.

” Ces résultats nous fournissent des données-clés pour développer et tester notre technologie de nettoyage, mais il souligne également l’urgence de s’attaquer au problème de la pollution aux plastiques ” , a ajouté dans un communiqué Boyan Slat, fondateur de Ocean Cleanup. 

LA SOCIETE DU TOUT JETABLE

Le jeune Néerlandais, qui s’est lancé dans cette aventure à 18 ans, développe avec ses 75 ingénieurs un système de barrières flottantes destinées à attraper les plastiques. Quand il sera opérationnel, il espère vider 50% de la décharge du Pacifique en 5 ans.

Mais ces barrières ne pourront pas ramasser les morceaux inférieurs à un centimètre, ce qui laisse entier le problème des microplastiques, particules néfastes pour la santé :  ingérées par les poissons, elles entrent ensuite dans la chaîne alimentaire.

Combien de temps mettront-ils à disparaître ? ” Ça dépend du type de polymère, des conditions environnementales, mais la réponse sincère est que nous ne savons pas vraiment “, reconnaît Laurent Lebreton.

L’étude s’interroge également sur le risque que ces particules finissent pas couler. ” Le niveau de la pollution plastique en eaux profondes et sur les fonds marins sous la GPGP reste inconnu “, estiment les chercheurs, qui appellent à d’autres échantillonnages.

Malgré le constat inquiétant, Laurent Lebreton refuse de désigner des coupables.

” Les gens voient la quantité de matériel de pêche et pointent du doigt l’industrie de la pêche, mais ils mangent aussi du poisson. Ce n’est pas la question d’un secteur ou d’une région, c’est principalement notre mode de vie et de consommation, les plastiques à usage unique, la société du tout-jetable “, souligne-t-il.

” Nous devons prendre des mesures importantes en la matière. Nous résoudrons ce problème à l’échelle mondiale “.
 

AFP

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Charles Laux, une vie vouée au kung-fu

Depuis son adolescence, Charles Laux pratique le kung-fu a un rythme soutenu. Aujourd’hui à la retraite, il consacre la plupart de son temps à acquérir davantage de techniques pour se perfectionner. Des techniques durement acquises auprès de maîtres et au gré de ses voyages.

Don d’organes : “Donneur ou pas, l’important est de...

Les associations Un don de vie et Donneurs de sang de Polynésie ont organisé samedi une journée de sensibilisation pour encourager le don d’organes. Carine Domelier, membre de l’association Un don de vie, explique que, "donneur ou pas, l’important est de le dire à ses proches".

Loma Spitz, grande dame de la chanson est décédée

Le monde de la musique polynésienne de la "belle époque" est en deuil. Loma, qui a formé avec sa soeur Mila, le duo célèbre des années 60 "Loma et Mila" est décédée aujourd'hui à l'âge de 80 ans des suites d'une longue maladie.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X