Nouvelle-Calédonie : l’État consent un nouveau prêt à la Société Le Nickel

Publié le

Selon l'AFP, l'État va consentir un nouveau prêt de 40 millions d'euros à la Société Le Nickel (SLN). Cette aide doit permettre au premier employeur privé de Nouvelle-Calédonie à faire face à une "situation de trésorerie critique", a annoncé lundi soir le ministère de l'Économie.

Publié le 13/02/2023 à 11:07 - Mise à jour le 13/02/2023 à 11:07

Selon l'AFP, l'État va consentir un nouveau prêt de 40 millions d'euros à la Société Le Nickel (SLN). Cette aide doit permettre au premier employeur privé de Nouvelle-Calédonie à faire face à une "situation de trésorerie critique", a annoncé lundi soir le ministère de l'Économie.

C’est un problème récurrent en Nouvelle-Calédonie : la Société Le Nickel (SLN), filiale du groupe Eramet, a une santé financière fragile et risque d’entraîner avec elle la Nouvelle-Calédonie. L’exploitation du nickel est un secteur essentiel à l’économie calédonienne.

« L’État a décidé d’apporter, en coordination avec (la maison-mère de l’entreprise, NDLR) Eramet, un nouveau soutien financier de court terme à la SLN, qui prendra la forme d’un prêt de 40 millions d’euros. L’État étudie la mise en place de sûretés sur des actifs de la SLN en contrepartie de ce prêt« , a précisé Bercy dans un communiqué.

Ce prêt d’urgence est justifié par « l’enjeu pour le territoire calédonien et du souhait de l’État de voir émerger une solution durable pour l’avenir du nickel en Nouvelle-Calédonie« , selon la même source. La SLN avait évoqué le mois dernier un risque de « cessation de paiements« .

Eramet, qui est actionnaire à 56%, « continuera d’apporter son soutien à sa filiale via un élargissement de l’autorisation de découvert existante entre le groupe et sa filiale« , a détaillé le ministère.

En revanche, « malgré les sollicitations, les deux autres actionnaires de la SLN, la STCPI, actionnaire à 34% de la société et représentant les provinces de Nouvelle-Calédonie et Nippon Steel, ont (…) refusé d’apporter un soutien financier à la SLN« .

L’État et Eramet avaient déjà accordé en 2016 à la SLN, qui emploie 2.200 salariés, un prêt massif de 525 millions d’euros, dont la dernière tranche avait été débloquée fin 2022.

Le nouveau soutien de l’État et la mise en oeuvre d’un plan de progrès d’urgence doivent selon Bercy « permettre d’assurer la continuité des opérations de la SLN dans les prochains mois, le temps qu’une solution pérenne soit trouvée par les parties prenantes« .

Dernières news

Activer le son Couper le son