vendredi 24 juin 2022
A VOIR

|

Macron nomme Elisabeth Borne Première ministre

Publié le

Emmanuel Macron a nommé lundi la ministre du Travail Elisabeth Borne Première ministre en remplacement de Jean Castex, a annoncé l'Elysée. Une nomination qui fait l'unanimité au sein des élus polynésiens.

Publié le 16/05/2022 à 9:49 - Mise à jour le 16/05/2022 à 14:13
Lecture 2 minutes

Emmanuel Macron a nommé lundi la ministre du Travail Elisabeth Borne Première ministre en remplacement de Jean Castex, a annoncé l'Elysée. Une nomination qui fait l'unanimité au sein des élus polynésiens.

“Le Président de la République a nommé Mme Elisabeth Borne Première ministre et l’a chargée de former un gouvernement”, a déclaré la présidence dans un communiqué. “C’est le choix de la compétence au service de la France, d’une femme de conviction, d’action et de réalisation”, a expliqué par ailleurs l’Elysée.

A 61 ans, celle qui était jusqu’à présent ministre du Travail devient la deuxième femme à entrer à Matignon après Edith Cresson, restée onze mois à ce poste de mai 1991 à avril 1992, durant le second septennat François Mitterrand.

Polytechnicienne, Elisabeth Borne, passée depuis 2017 par les Transports puis par la Transition écologique, est une des tenantes de l’aile gauche du gouvernement et connue pour sa rigueur et ses compétences.

Elle a été préfète de la région Poitou-Charentes de 2013 à 2014, puis directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Écologie de 2014 à 2015, avant de prendre la tête de la RATP jusqu’à son entrée au gouvernement en 2017.

Son nom était régulièrement cité depuis la réélection d’Emmanuel Macron le 24 avril. Le président avait précisé vouloir un Premier ministre au profil “social, environnemental et productif”.

“Elle a la culture de l’Etat, du territoire et de l’entreprise” et a démontré “sa capacité à mener des réformes”, a souligné l’Elysée. “La transition écologique est au cœur de son engagement” et c’est “une femme de gauche avec un engagement social, notamment pour la jeunesse, avec l’apprentissage et le contrat d’engagement jeunesse”.

De plus, Elisabeth Borne est “engagée depuis le début au côté du Président et au cœur de la majorité”, en ayant adhéré à LREM en 2017, a-t-elle ajouté.

Les élus polynésiens unanimes

Au sein des élus locaux, la nouvelle Première Ministre fait l’unanimité. “Je ne peux que féliciter cette grande dame que je connais en tant que parlementaire“, a confié la sénatrice Lana Tetuanui, qui décrit une figure “très posée”, “très à l’écoute” et “bonne technicienne”. “Je pense qu’elle sera une très bonne Première Ministre”, a même rajouté la sénatrice polynésienne.

Autre personnalité politique locale qui “connaît bien” Elisabeth Borne : Teva Rohfristch salue une “femme très intelligente”, “polytechnicienne”, “une femme de dossier qui a une vraie expérience” avec “une vraie fibre sociale”. “Je sais que nous aurons une oreille attentive de sa part, c’est une femme qui a beaucoup d’écoute, beaucoup de sensibilité, et qui je crois a à cœur aussi les dossiers ultramarins”, a reconnu le sénateur polynésien. Du côté de l’opposition, on reconnaît une femme “très discrète” et “impliquée dans l’écologie”, selon la représentante du Tavini à l’assemblée de la Polynésie, Chantal Galenon.

Alors à quand une vice-présidente en Polynésie ? “La question mérite d’être posée aujourd’hui, quid d’une femme à la tête de ce pays”, souligne Lana Tetuanui, qui ne cache pas son admiration face aux différentes figures politiques internationales, et notamment l’ancienne chancelière allemande, Angela Merkel. “Pourquoi pas une femme future présidente du Pays ?” s’interroge également Chantal Galenon. Mais pour l’ancien vice-président du Pays, Teva Rohfritsch, la question ne se pose même pas : “une femme mériterait un jour d’être vice-présidente, voire plus”. Réponse l’année prochaine, à l’occasion des élections territoriales 2023.

Pour l’heure, reste encore à savoir quels seront les ministres du gouvernement Macron. La formation devrait intervenir dans les “jours qui viennent”, a indiqué l’entourage du Président Macron à l’AFP.

infos coronavirus