mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

L’Australie va enquêter sur l’abattage massif de chevaux de courses

Publié le

L'abattage à "une échelle industrielle" en Australie de milliers de chevaux de course à la retraite va faire l'objet d'une enquête, ont annoncé mardi les autorités, quelques jours après le scandale suscité par cette affaire.

Publié le 22/10/2019 à 10:30 - Mise à jour le 22/10/2019 à 11:02
Lecture 2 minutes

L'abattage à "une échelle industrielle" en Australie de milliers de chevaux de course à la retraite va faire l'objet d'une enquête, ont annoncé mardi les autorités, quelques jours après le scandale suscité par cette affaire.

L’abattage de chevaux de course n’est en soi pas illégal en Australie mais, au terme d’une enquête menée pendant deux ans, la chaîne Australian Broadcasting Corporation (ABC) a affirmé la semaine dernière que cette pratique était beaucoup plus répandue que ce que l’on croyait. Selon ABC, la viande de ces chevaux a été expédiée à l’étranger, notamment dans plusieurs pays européens, au Japon et en Russie, afin de servir à la consommation humaine ou de nourriture pour les animaux de compagnie.  

Des images filmées en caméra cachée montrent des employés d’un abattoir au nord de Brisbane, la capitale du Queensland, infliger des coups aux animaux, ce qui a incité la Première ministre de cet État, Annastacia Palaszczuk, à ouvrir une enquête « urgente » sur le sort réservé à ces animaux. « Les images étaient profondément troublantes et épouvantables », a-t-elle déclaré au Parlement du Queensland. « Je veux m’assurer que nous ne négligeons aucun détail et que nous faisons tout notre possible pour éradiquer la cruauté envers les animaux », a-t-elle ajouté.

Le secteur des courses hippiques affirme que moins d’un pour cent de ces chevaux finissent à l’abattoir ou à l’équarrissage. Certains États comme la Nouvelle-Galles du Sud imposent que l’on réserve une seconde existence à tous les animaux cessant de courir.

Environ 4 000 bêtes « disparaissent » chaque année, selon ABC. « Nous parlons de la destruction d’animaux à une échelle industrielle », a déclaré à ABC, Paul McGreevy, professeur de sciences du comportement et du bien-être animalier à l’Université de Sydney.

La chaîne est également parvenue à identifier certains des animaux tués dans l’abattoir du Queensland en retrouvant leur trace dans le registre officiel en ligne du secteur hippique, l’Australian Stud Book. Elle avance ainsi que 300 bêtes, qui avaient remporté un total de près de cinq millions de dollars australiens (environ 368 millions de Fcfp) en courses, avaient été abattues en 22 jours dans cet abattoir.

De nombreuses personnalités de l’univers des courses ont condamné ces mauvais traitements et appelé à des réformes. 

La Queensland Racing Integrity Commission, un organisme de surveillance chargé de protéger le bien-être des animaux de course, sera chargé de cette enquête dont les conclusions sont attendues début 2020.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Félix Tokoragi confirmé dans ses fonctions de maire à...

Les cérémonies d'investiture des maires élus au premier tour des municipales se poursuit en Polynésie. Dans les Tuamotu, c'est Félix Tokoragi qui a été réélu maire pour un deuxième mandat à Makemo.

LATAM annonce une reprise progressive de ses vols internationaux...

La compagnie aérienne chilienne LATAM, la plus importante d'Amérique latine, a annoncé mercredi une reprise très progressive de son activité, après une réduction de ses vols de 95 % depuis avril en raison de la pandémie de coronavirus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV