lundi 16 septembre 2019
A VOIR

|

Harcèlement sexuel : semaine inédite de dénonciations, mais quelles suites ?

Publié le

Publié le 19/10/2017 à 9:54 - Mise à jour le 19/10/2017 à 9:54
Lecture 3 minutes

Des centaines de milliers de témoignages sur les réseaux sociaux, sous les mots-clés #balancetonporc, #metoo et leurs variantes étrangères, des flots de commentaires, d’articles de presse, de débats… Après les révélations d’actrices sur le producteur américain, le harcèlement sexuel, et plus généralement les agissements sexistes, ont connu un retentissement inattendu. 

“Il y aura un avant et un après #balancetonporc”, prédit la militante féministe Caroline De Haas auprès de l’AFP, car “si beaucoup de femmes n’ont pas témoigné, elles ont forcément été impactées”.

Des bancs de l’Assemblée, où le sujet a dominé les questions au gouvernement mercredi, à la télévision, qui a consacré de nombreux débats et reportages au harcèlement, en passant par des remises en cause de pratiques au sein des entreprises, cette mobilisation a bousculé.
Partie de célébrités dénonçant Harvey Weinstein, accusé de harcèlement sexuel et viol, elle a fait tâche d’huile avec les témoignages d’autres femmes célèbres (Björk, Alyssa Milano…) et anonymes sur leurs agressions.  

“L’ampleur des témoignages et leur démultiplication sur les réseaux sociaux sont des nouveautés : c’est le résultat d’un travail militant, associatif et intellectuel, sur plusieurs décennies”, analyse pour l’AFP Christine Bard, historienne du féminisme, professeure à l’Université d’Angers. “Toutes ces femmes, de partout, qui disent la même chose, brisent le silence et la logique individuelle qui fait croire qu’on est seule à avoir peur, cela fait chaud au cœur”.

Preuve de l’ampleur de ces agissements, les associations d’aide aux victimes ont été particulièrement sollicitées, notamment le service Viols femmes informations (0.800.05.95.95) où le standard a “explosé”, a dit à l’AFP Emmanuelle Piet, présidente du Collectif français contre le viol (CFCV), qui gère la ligne.

Après une semaine de “grande euphorie”, Caroline De Haas se dit, elle, “en train de redescendre”.
“L’ampleur de la résistance et la violence des commentaires suite aux témoignages, révèlent un déni de notre société, des individus et des responsables politiques vis-à-vis du harcèlement sexuel”, déplore-t-elle. Et elle appelle à des rassemblements le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.
 
 
“Cela suscite des réactions hostiles, forcément. Dès qu’il y a une avancée du féminisme, un contre-mouvement s’active et on sait qu’une partie de l’opinion est antiféministe. Ce qui rassure, c’est le dynamisme, la jeunesse et la pluralité des féminismes d’aujourd’hui”, ajoute Christine Bard. “Peu importent les mots choisis, “balance”, “porc”, il ne faut pas s’arrêter à ça; ils expriment une colère légitime, trop longtemps contenue.”

Le gouvernement prépare pour 2018 un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles. L’aspect le plus débattu est une verbalisation du harcèlement de rue,​ zone grise que le législateur devra définir.
Interrogé dimanche soir, le président Emmanuel Macron a annoncé une “procédure de verbalisation plus simple”, déplorant qu'”aujourd’hui, bien souvent, on ne va pas porter plainte, parce qu’on n’ose pas”.

Selon un sondage Odoxa-Dentsu pour Le Figaro et Franceinfo, publié vendredi, 53% des femmes interrogées disent avoir été victimes d’agression sexuelle et/ou de harcèlement sexuel.

Concernant le hashtag “#balancetonporc”, 61% des femmes et 52% des hommes pensent que c’est “une bonne chose”. Mais 38% des femmes et 47% des hommes le considèrent comme une “mauvaise chose”, n’y voyant pas “de vrais témoignages mais des dénonciations non vérifiées qui peuvent donner lieu à tous les dérapages”. 

Après Weinstein, des personnalités publiques et politiques ont en effet été citées. En France, M6 suspendu la diffusion de “La France a un incroyable talent”, à la suite d’allégations de harcèlement et d’agressions sexuelles visant le producteur canadien Gilbert Rozon, pilier du jury de l’émission.

Dans l’Express, la fille de l’ex-ministre Eric Besson, Ariane Fornia, a accusé l’ancien ministre et membre du Conseil constitutionnel Pierre Joxe de l’avoir agressée sexuellement au printemps 2010. Un “mauvais canular”, selon ce dernier.

AFP

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV