mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Fidji : une île privée à vendre

Publié le

Publié le 01/10/2018 à 8:33 - Mise à jour le 01/10/2018 à 8:33
Lecture 2 minutes

Le Toberua Island Resort est un complexe hôtelier de 16 bungalows implanté sur une île de cinq hectares située à l’est de l’île principale de Viti Levu, à environ 45 minutes en taxi et en bateau de l’aéroport Nausori de Suva. My Island Home Real Estate, l’agence chargée de la vente pour ses propriétaires, le groupe hôtelier fidjien Lomaiviti, a posté l’annonce sur sa page Facebook début septembre. Pour 629 millions de Fcfp, le nouvel acquéreur bénéficierait d’un hôtel impeccable.
Selon le post de l’agence, les propriétaires actuels ont mis à niveau toutes les infrastructures (eau, électricité, égouts, communications, systèmes bureautiques et transports), tous les équipements clients et toutes les installations de soutien (restaurant, bar, spa, salle de sport, boutique de plongée et quai). Les nouveaux propriétaires n’auront plus qu’à s’inquiéter de la maintenance annuelle régulière car elle est actuellement gérée.

Toujours selon l’agence, le Toberua Island Resort jouit d’une bonne occupation et est rentable. Sur le site Trip Advisor, 88 % des visiteurs le jugent excellent. L’île a également la place d’accueillir davantage de bungalows, offrant la possibilité aux nouveaux acquéreurs d’augmenter sa rentabilité. Les propriétaires actuels ont passé 10 années heureuses et réussies à la station qui fête ses 50 ans cette année, et estiment qu’il est temps de passer à de nouveaux défis…

Rédaction web 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV