jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Des sœurs jumelles font 208 ans à elles deux

Publié le

Publié le 12/02/2016 à 7:03 - Mise à jour le 12/02/2016 à 7:03
Lecture 2 minutes

Cheveux longs, queues de cheval, fines lunettes dorées sur le nez, Paulette et Simone se prêtent volontiers aux photos : « Ça nous fait un divertissement ! Nous sommes très gâtées », disent-elles en chœur en montrant les fleurs offertes pour leurs 104 ans par la municipalité et les résidents de la maison de retraite Les Bois Blancs à Onzain (Loir-et-Cher).

Paulette Olivier et Simone Thiot sont nées le 30 janvier 1912 à 11 H, à Limeray (Indre-et-Loire) de Joseph Lamolie, charpentier, et de son épouse Marie, couturière. Faute de confirmation officielle comme c’est souvent le cas en la matière, il est difficile de les sacrer « jumelles les plus âgées de France », mais ce titre leur échoit probablement… Certains assurent même qu’elles détiennent le record mondial.

Leurs débuts dans la vie auguraient pourtant mal de leur longévité : « Nous étions des prématurées. Attendues en mars nous sommes nées en janvier. On nous donnait peu de chance de survie. Je ne pesais pas un kilo. Et toi, à peine trois livres. Nous sommes restées quatre mois dans la ouate », sourit Simone, qui se déplace sans déambulateur.

Paulette, veuve à 36 ans, a été coiffeuse durant 15 ans à Tizi Ouzou en Algérie puis à Paris. Simone, couturière dans le Loir-et-Cher comme leur mère, a perdu son mari lorsqu’elle avait 64 ans. Elles n’ont pas d’enfant.

Les sœurs, dont le frère unique est décédé accidentellement à 99 ans, sont persuadées que leur fusion depuis toujours est à l’origine de leur  longévité hors normes. « Nous sommes encore vivantes car nous avons toujours été proches. Nous gardons notre indépendance car nous avons chacune notre chambre, mais il n’y a que le couloir à traverser pour se voir et parler. On plaint les personnes âgées qui sont seules et n’ont pas de visite », commentent-elles.

Paulette et Simone s’intéressent à l’actualité, lisent, regardent la télé et apprécient la musique… Simone écrit aussi régulièrement des poèmes qu’elle consigne dans un cahier. Autres secrets ? Là-encore, elles répondent en chœur : « Une vie simple. Pas d’excès. Pas d’alcool. Et beaucoup de sport. Nous avons fait très longtemps de la gymnastique et énormément de vélo. Quasi quotidiennement », expliquent les deux soeurs.

Rémy Cointrel directeur de l’Ehpad Les Bois Blancs, géré par la Mutualité Française Centre-Val-de-Loire (MFCVL), ne tarit pas d’éloges sur les stars de l’établissement qu’il s’emploie à protéger des curieux. « Elles ont 104 ans, mais on dirait des petites filles. Elles sont en pleine forme, pétillantes, ont beaucoup d’esprit, sourient sans cesse et parlent dans un français impeccable », vante-t-il.

Paulette et Simonne apprécient le compliment sans se départir d’un brin d’humour : « Merci ! Nous aimerions que nos parents soient encore-là pour entendre ça. Ils seraient fiers et contents ».

AFP
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Jacquie Graffe : retour sur ses 45 ans à la...

Il est entré dans le conseil municipal de Paea en 1972, et n'en est plus jamais sorti... Jacquie Graffe, a été élu maire de la commune en 1975. Après 45 ans à la tête de Paea, il briguait un nouveau mandat... Retour sur la carrière politique du doyen des tavana du fenua.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV