mardi 15 octobre 2019
A VOIR

|

Miss Tahiti 2019 : “J’aimerais être une Miss qui fait passer des messages”

Publié le

Publié le 23/06/2019 à 8:37 - Mise à jour le 23/06/2019 à 8:37
Lecture 3 minutes

Vous avez été élue vendredi soir. Deux jours après votre sacre, est-ce que vous réalisez ce qui vous arrive ?
“Je dois avouer que j’ai encore du mal à le croire. Quand je me vois dans la glace avec la couronne, c’est juste incroyable. C’est beaucoup d’émotions, et je digère petit à petit.”
Justement, comment avez-vous vécu ces deux derniers jours, après l’annonce des résultats. On imagine que ça doit se bousculer dans votre tête ?
“C’est ça, ça se bouscule. J’ai pas eu le temps de me reposer correctement. J’ai enchaîné direct sur des shootings, des interviews… Mais j’adore. C’est un rythme que je vais apprendre à tenir, et ça va vraiment être bien.”

Vendredi soir, durant votre entretien avec les médias vous avez notamment déclaré : “j’étais une petite Kaina de Moorea qui ne rêvait pas vraiment devenir Miss Tahiti un jour”, et pourtant vous y êtes… En y repensant, qu’est-ce que vous vous dites aujourd’hui ?
“Je me dis que j’ai fait un bon bout de chemin. Après, c’est vrai que quand j’étais petite, je ne pensais pas forcément à être belle, à me pomponner, à être coquette etc. Mais en grandissant, avec l’adolescence, on commence à faire plus attention à soi-même et c’est vraiment un rêve qui est devenu réalité.”

Quels enseignements retirez-vous de cette expérience, des préparatifs jusqu’au sacre ?
“Je pense que j’en retiens que j’ai beaucoup grandi, j’ai appris à être plus disciplinée aussi, plus tolérante, plus patiente. C’est vraiment une bonne expérience de vie et ça va me servir pour plus tard.”

Vous avez aussi fait beaucoup de rencontres enrichissantes ?
“Oui, beaucoup de rencontres enrichissantes. J’ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes et je vais en rencontrer plein d’autres encore, et j’ai hâte.”

Quelle Miss serez-vous, Matahari ? Vous êtes élégante, engagée, ambitieuse… Comment vous caractérisez-vous ?
“Alors, c’est difficile à dire, mais je crois que j’aimerais être une Miss, tout d’abord, qui fait passer des messages. J’aimerais être la voix justement de ceux qui n’ont pas forcément la plateforme pour faire passer leur message. J’ai juste envie d’être une bonne ambassadrice pour notre Polynésie.”

Vous avez un cheval de bataille, comme l’environnement, par exemple ?
“C’est ça, exactement. J’aimerai justement faire passer les messages importants qui me tiennent à cœur, et défendre les causes qui sont importantes pour moi.”

Quels sont vos objectifs pour cette année de règne ?
“Mes objectifs sont principalement d’apprendre. J’ai hâte d’apprendre ce que c’est d’être une Miss, et de promouvoir au mieux la Polynésie comme Vaimalama l’a tellement bien fait cette année.”

Vous succédez donc à Vaimalama Chaves qui est aussi Miss France 2019, et qui effectue un parcours impressionnant. Comment abordez-vous cette situation ?  Est-ce que ça vous pousse à vous surpasser ou au contraire, c’est une pression en plus ?
“C’est vrai que cela peut être une pression, et c’est sûr que cela me pousse à essayer d’être aussi bien qu’elle, mais je n’essaie pas de me comparer à elle, je n’essaie pas de l’égaler ou de la surpasser. Je pense que chaque Miss est différente, chaque Miss a sa personnalité, et j’essaierai juste d’être moi-même et de faire du mieux que je peux.”

Elle était présente à vos côtés lors de l’élection, elle vous a donné quelques conseils ?
“Le conseil principal qu’elle nous a apporté, c’était de s’éclater, de s’amuser, parce que c’est vrai que ça passe très vite. On n’a pas vu la soirée passer. Et voilà, c’était vraiment de s’amuser et de tout donner pour ne pas avoir de regrets.”

Vous avez déjà un calendrier chargé pour la semaine prochaine ?
“C’est ça. Dans la semaine, je suis censée partir dans les îles, sur Makatea. Ensuite, samedi, nous avons la fête de l’autonomie, et à partir de la semaine prochaine on commencera à faire la tournée des sponsors. En juillet, il y a aussi l’ouverture du Heiva, et à partir du mois d’août, on commencera la préparation pour Miss France.”

Il y a aussi l’intégration des candidates à Miss France qui se fera exceptionnellement au fenua en novembre. C’est toute une préparation qui vous attend ?
“Oui, c’est toute une préparation. J’ai hâte de pouvoir faire découvrir la Polynésie à toutes ces candidates et promouvoir la Polynésie à l’international.”
 

Rédaction web avec Jeanne Tinorua

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.