jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

26e Heiva des écoles : retour en images sur la 3e soirée

Publié le

Élèves fleuris et Hula surprise sous les feux de la rampe, vendredi pour la troisième soirée du Heiva des écoles.

Publié le 11/07/2020 à 11:04 - Mise à jour le 11/07/2020 à 11:26
Lecture 7 minutes

Élèves fleuris et Hula surprise sous les feux de la rampe, vendredi pour la troisième soirée du Heiva des écoles.

Joignant l’utile à l’agréable grâce à des activités ludiques, c’est ainsi que les enfants lient leur apprentissage et célèbrent chaque événement. En l’occurrence la troisième soirée du Heiva des écoles débute sur l’entrée en scène de l’école de danse Tauariki. Fondée le 15 juillet 2015 et située à Titioro, cette école dirigée par Taina Tinirauarii accueille les élèves à partir de 4 ans. Faisant fi des angoisses exprimées face à la conjoncture actuelle, Taina leur apporte réconfort dans une chorégraphie équilibrée pleine d’espoir et d’énergie. Pour l’école de danse, ses événements phares en 2020 sont le Tamure Marathon en début d’année, le gala de Noël en décembre, la participation au Heiva des écoles et le gala de fin d’année.

Henriette Teihotaata, directrice de longue date de l’école Teikohai (depuis 1998), située sur le motu de Arue. Accueillant principalement des élèves métropolitaines installées à Tahiti pour une durée variant de 2 à 4 ans. C’est sa 22e participation au Heiva des écoles et la très entourée Henriette a su bénéficier pour la préparation de son spectacle, en particulier le choix des musiques et les arrangements, du soutien de nombreux passionnés de la danse polynésienne.

C’est submergée par l’émotion qu’elle témoigne au sujet de la pandémie : “J’ai perdu des élèves, on a fait ce qu’on a pu !”

Une de ses élèves, Stéphanie, s’exprime à son tour : “Je suis allée voir Henriette pour son grand cœur – Te mafatu nui – puis continue à danser et cela dure depuis 4 ans”.

Cette troisième soirée se clôture avec la prestation, magnifiquement fleurie, de l’école de danse Tamari’i Poerava. Créée en juin 1989 et sise à Faa’a et Taravao, cette école est dirigée par Moeata Laughlin. Elle a fêté ses 30 ans d’existence en décembre 2019. Cela fait 25 ans que Tamari’i Poerava se présente au Heiva des écoles. Transmettant depuis toujours la richesse de son savoir culturel, avec amour et passion, Moeata est aujourd’hui assistée de sa fille Hianau qui l’accompagne de plus en plus dans cet apprentissage.

“Les répétitions se sont bien passées, le Heiva est formidable et vu le temps imparti, on aime ce que l’on fait. Ce sont mes élèves eux-mêmes qui ont confectionné leurs couronnes. Alors qu’habituellement nous sommes 200 sur scène, bien que les mama et les garçons étaient moins présents, il y en a eu 70.”

Christopher Prenat, coiffeur, maquilleur, comédien, humoriste, sosie, que l’on ne présente plus, a offert au public présent une belle et originale surprise avec sa création de Hula hawaiien assisté de ses danseurs mâles.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Affaires de terre : le casse-tête des ayants-droit

S’attendant à la venue de centaines de personnes, le tribunal avait dépêché des agents d’accueil et renforcé les effectifs de sécurité. On...

Fermeture des boîtes de nuit : « un coup de...

Nouveau coup dur pour les propriétaires des discothèques de Papeete. Avec la recrudescence du nombre de cas de Covid-19, les autorités du Pays et de l’État ont annoncé la fermeture des boîtes de nuit du 12 au 25 août inclus. Ces espaces clos sont considérés comme propices au non-respect de la distanciation sociale et donc à une forte propagation du virus. Une décision injuste selon le syndicat des bars et dancings.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV