dimanche 13 juin 2021
A VOIR

|

Vidéos – Le ​Queen Elizabeth de retour à Papeete

Publié le

Publié le 15/02/2018 à 13:51 - Mise à jour le 15/02/2018 à 13:51
Lecture 2 minutes

Avec ses 294 mètres de long, le Queen Elizabeth ne passe pas inaperçu dans la rade de Papeete. Le paquebot peut accueillir 2068 passagers sur 12 ponts. C’est l’un des plus imposants navires venus accostés au quai de Papeete… 30 bateaux de croisières feront escale cette année .
« On a un peu plus d’une trentaine de bateaux par an. On est à presque 1000 escales dans toute la Polynésie française. Tahiti Tourisme organise 600 accueils paquebots dans toutes les îles par an. En terme d’impact économique c’est 12.1 milliard de Fcfp à l’année », détaille Vaihere Lissant, directrice marketing et communication de Tahiti Tourisme.

Le port de Papeete a les dimensions suffisantes pour accueillir des géants des mers. Comme, en octobre dernier, le Celebrity Solstice long de 317 mètres est 2e plus long bateau accueilli à Tahiti après  le Queen Mary 2 et ses 345 mètres de longueur, venu en 2016. L’escale Tahiti est de plus en plus présente sur les marchés internationaux . Et le futur terminal croisière prévu dans deux ans est un atout pour convaincre les compagnies maritimes. « On a déménagé les locaux de Tahiti Tourisme pour laisser la place au terminal croisières. Ça va prendre quelques années. C’est un gros projet à mettre en oeuvre. Il va prendre à peu près 2 ans. Deux ans c’est important parce que les bateaux de croisière programment leur itinéraire 2 ans à l’avance. Donc c’est dès maintenant qu’il faut qu’on commence à parler du terminal croisières. » 

L’arrivée de paquebots de cette taille impose une logistique bien rodée, tant pour l’accostage que l’accueil des touristes et l’organisation des prestations. Selon l’agent maritime du navire, les paquebots de 2 000 passagers en moyenne seront de plus en plus fréquents. Au-delà  de cette capacité, les prestataires ne pourraient pas répondre à un tel afflux. « La limite pour nous c’est le nombre de personnes qui descendent. Aujourd’hui on ne peut que mettre 1000 personnes en tour. Avoir 5000 personnes qui envahissent une ville ce n’est pas l’idéal pour nous. Ce n’est pas ce qu’on veut », explique Bud Gilroy, directeur de l’agence maritime de Papeete, président du Tahiti cruise club.

Le secteur de la croisière a le vent en poupe  11 compagnies maritimes sillonne les eaux polynésiennes.

Rédaction web avec Thomas Chabrol

Vaihere Lissant, Directrice marketing et communication de Tahiti Tourisme

Bud Gilroy, directeur de l’agence maritime de Papeete, président du Tahiti cruise club

infos coronavirus