jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Vidéo – Un repas les yeux bandés pour s’immerger dans le monde des non-voyants

Publié le

Publié le 08/05/2018 à 15:03 - Mise à jour le 08/05/2018 à 15:03
Lecture < 1 min.

C’est à Arue chez l’un de ses hôtes que Sébastien a souhaité partager un peu de son quotidien. Venu avec un repas surprise, il a demandé à ses convives de se mettre autour d’une table pour vivre une expérience hors-normes.

Ce sont les yeux bandés que son groupe d’amis à déguster son déjeuner. Sébastien Lemaux décrit :

 « C’est pour leur montrer que quand il nous manque un sens, par exemple la vue, on va développer autre chose : le toucher, le goût, l’ouïe… Là, quasiment tout le monde était complétement fatigué. »

Certains ne parviennent même pas à reconnaitre le gout des aliments qu’ils ingurgitent. C’est le cas de Fanomai. Voyant, il n’avait jamais participé à ce type d’expérience. Il témoigne :

 « T’as plus de repères. Tu essaies d’imaginer ce que tu as dans l’assiette. Ta fourchette, tu as du mal à la diriger. »

Grâce à ce déjeuner à l’aveugle, Sébastien Lemaux souhaite inciter ses mais à sortir de leur zone de confort. Le passionné de sport de glisse ajoute :

« La majorité des invités ne sait pas trop ce qu’elle a mangé. Les gens avaient les yeux bandés, ils ont goûté. Le but est de mettre le cerveau en difficulté. On voit totalement différemment les choses autour de nous. »

Grace à cette curieuse expérience, les invités ont pris conscience de la chance qu’ils ont de toujours disposer du sens de la vue.
 

Rédaction web avec Davidson Bennett 

Le reportage de Davidson Bennett

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une nouvelle darse pour les pêcheurs de Raiatea

Après de longues années d’attente, les pêcheurs en haute mer de Raiatea ont enfin emménagé dans la nouvelle darse mitoyenne à la marina de Uturoa. Une acquisition rendue possible grâce au partenariat État/Pays. De quoi redonner du dynamisme aux professionnels du secteur…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV