dimanche 12 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – Education sexuelle à l’école : les parents inquiets, les autorités répondent

Publié le

Publié le 29/08/2018 à 9:53 - Mise à jour le 29/08/2018 à 9:53
Lecture 2 minutes

Marlène Schiappa s’est insurgée mardi contre des publications virales affirmant que des cours d’éducation sexuelle seront dispensés à la maternelle et « apprendront la masturbation » aux enfants, invitant les parents à se tourner vers « leur établissement, les équipes éducatives ou la loi ».

« Il est hors de question d’enseigner ni la masturbation, ni aucune pratique sexuelle à des enfants, et encore moins à 4 ans », a déclaré lors d’un « Facebook Live » organisé par la République en marche la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, en réponse à des questions d’internautes.
« Attention, il y a des documents qui circulent qui ne sont pas vrais », a-t-elle poursuivi. « J’ai passé l’été à voir circuler sur les réseaux sociaux que le gouvernement était sataniste, que nous avions légalisé la pédophilie, que nous allions apprendre la masturbation à la maternelle… Ai-je vraiment besoin de démentir ? »

Selon elle, ces « fausses informations », « sans source », émanent « de tracts imprimés on ne sait pas par qui et de fausses vidéos publiées sur des sites conspirationnistes ».
« Les extrémistes qui diffusent cela, copient-collent des argumentaires déjà utilisés contre Najat Vallaud-Belkacem (…). Nous sommes sur des sujets brûlants qui prêtent parfois aux fantasmes et interprétations », a ajouté Mme Schiappa, appelant les parents à ne croire que leur établissement, l’équipe éducative, les préfectures et la loi.

> Les parents inquiets en Polynésie aussi

Malgré plusieurs articles explicatifs des médias de métropole, les fausses rumeurs ont aussi atteint la Polynésie. Des parents inquiets appellent les établissements scolaires et certains ont même été reçus par la ministre de l’Education Christelle Lehartel.

Ce jeudi nos confrères de La Dépêche de Tahiti publiaient un article intitulé « Education sexuelle à l’école : fake news et hypocrisie ». 
Dans la matinée, la présidence a envoyé un communiqué aux médias pour « faire le point » sur cette loi : 

« La loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, promulguée le 3 août et portée par la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa ne contient pas de mesures concernant des classes d’éducation à la sexualité. L’article 10 rend seulement obligatoire la « sensibilisation des personnels enseignants aux violences sexistes et sexuelles et à la formation au respect du non-consentement ».
 
En conséquence et suite aux publications sur les réseaux sociaux et aux interpellations qu’a reçues le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, la ministre en charge de l’Éducation indique, par ce communiqué, que les programmes d’éducation à la sexualité en Polynésie française restent inchangés. »

> « Apprendre le respect du corps humain »

L’ancienne ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem avait lancé à l’automne 2014 dans des classes volontaires les « ABCD » de l’égalité pour déconstruire les stéréotypes filles-garçons. Ils avaient été abandonnés après plusieurs mois de polémique donnant lieu à des rumeurs infondées, notamment sur la masturbation en maternelle.

Marlène Schiappa a annoncé en juillet qu’une circulaire serait envoyée à partir de la rentrée aux recteurs pour qu’ils mettent en œuvre la loi de 2001 qui prévoit trois séances annuelles d’éducation à la sexualité de l’école au lycée afin d’apprendre le « respect dû au corps humain » et d’acquérir une « vision égalitaire » des relations femmes-hommes.

Une enquête menée en 2015 auprès de 3 000 établissements scolaires (publics et privés) par le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a montré que cette loi n’était pas systématiquement mise en oeuvre. 25% des écoles répondantes (contre 4% des collèges et 11,3% des lycées) déclaraient n’avoir mis en place aucune action ou séance.
 

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

L’Australie isole son État le plus touché par le...

L'Australie va isoler l'État de Victoria du reste du pays et mettre en place des mesures sans précédent pour lutter contre une inquiétante hausse du nombre de cas de coronavirus, ont annoncé lundi les autorités.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV