jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Vairao : les professionnels de tourisme se forment à l’anglais

Publié le

Publié le 07/06/2018 à 14:01 - Mise à jour le 07/06/2018 à 14:01
Lecture 2 minutes

«Do you speak english ? » Depuis plusieurs semaines, une vingtaine de professionnels du tourisme de la presqu’île apprennent les bases de la langue anglaise. Objectif : recevoir dans de meilleures conditions les touristes.

A l’approche de l’arrivée du bateau de croisières le Paul Gauguin, cette formation est nécessaire. Annick Paofai, présidente du comité du tourisme, souligne : 

« Dès que nous avons mis en place le comité fin septembre, je leur ai demandé de mettre des formations de langue anglais et des gestes de premier secours pour les habitants de la presqu’ile. Pour moi, ça, semblait très important. »

Cette passionnée du tourisme espère beaucoup de l’arrivée du navire. Elle souhaite par ce biais donner un nouveau souffle au tourisme sur la presqu’île et surtout, créer de l’emploi. Elle indique :

« On veut que nos enfants de la presqu’île aient du travail sur place. La presqu’île, c’est tellement beau. Nous avons tout sur place. Comme ça, nos enfants pourront rester chez eux. »

A raison de deux heures par jours, les professionnels ont appris les rudiments de la langue de Shakespeare. Ils ont maintenant les bases pour assurer un accueil professionnel. Elisabeth Hermant a dispensé cette formation. Elle explique :

« Nous n’allions pas recommencer 10 ans de cour d’école. Nous sommes allés directement dans le vocabulaire professionnel avec des jeux de rôle et des répétitions… »

Le Gauguin accostera cinq fois, de juillet à novembre, à Vairao. Le comité du tourisme souhaite organiser des festivités pendant trois jours autour de cette escale. Tous les habitants des environs pourront bénéficier des retombées économiques du paquebot… et pratiquer leur anglais. « Of course ! »
 

Rédaction web avec Davidson Bennett 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV