vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Sport et santé, les deux piliers du bien-être au travail

Publié le

Publié le 08/09/2017 à 12:08 - Mise à jour le 08/09/2017 à 12:08
Lecture 2 minutes

En signant une charte intitulée « Entreprises actives », 14 sociétés du fenua se sont engagées avec le ministère de la Santé à promouvoir l’équilibre alimentaire et la pratique d’une activité physique auprès de leurs personnels.

Aujourd’hui près de 600 salariés issus de ces entreprises actives sont réunis au stade de Arue pour une journée conviviale mais aussi et surtout, sportive. Si l’année dernière neuf entreprises participaient à cette manifestation, cette année pour la seconde édition, ce sont quatorze sociétés qui concourrons dans plusieurs disciplines. Aquathlon, football, volley-ball, basket-ball, rameurs, tir à l’arc, course d’observation et course de porteurs de fruits. En parallèle de ce tournoi sportif, deux initiations sportives sont proposées aux salariés : yoga et fitness.

Promouvoir le bien-être au cœur même de l’entreprise, le concept séduit de plus en plus, d’autant qu’il participera à réduire le coût des dépenses de santé sur le fenua. Jean Paul Aita, sous-directeur aux ressources humaines et environnement de travail à la CPS nous en dit plus. « La CPS avec le ministère de la Santé est très fière de cette action, car notre rôle est de s’occuper aussi de la santé de tous les salariés. Nous privilégions au sein des familles, un mode de vie sain et actif.  C’est une journée où l’on s’amuse mais aussi où l’on se dépense ».

Plus de 150 entreprises de plus de 50 salariés ont été répertoriées sur le fenua, toutefois la chartre « Entreprises actives » reste accessible à toutes les entreprises, désireuses d’y adhérer, quel que soit sa taille.
 

Rédaction web avec Thierry Teamo et Tauhiti Tauniua Mu San

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu