samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Retraites : l’intersyndicale interpelle le président du Pays

Publié le

Publié le 07/01/2018 à 16:53 - Mise à jour le 07/01/2018 à 16:53
Lecture 2 minutes

Les syndicats CSIP, CSTP/FO, Otahi et O Oe to oe Rima ont envoyé une lettre au président du Pays, Edouard Fritch, dans laquelle ils demandent à le rencontrer.

Objectif de cette entrevue : parler de la réforme des retraites. Patrick Galenon, membre de cette intersyndicale, explique :

« Nous souhaitons être reçu car il y a des sujets sur lesquels nous voulons discuter avec lui. Tout d’abord, sur la réforme de la retraite. Ils souhaitent réformer la retraite alors que nous, nous sommes pour la réforme de la PSG (Protection sociale généralisée), ce qui n’est pas tout à fait pareil. La deuxième chose concerne le code du travail. […] la troisième chose concerne l’équilibre entre le régime santé et celui de la retraite. »

Patrcik Galenon se veut optimiste. Il espère être reçu par le président dans les prochains. Le syndicaliste ne confirme pas, mais dans les couloirs, le bruit court qu’une grève générale se profile si la rencontre n’avait pas lieu. Le représentant lâche :

« C’est une demande sincère pour pouvoir avancer dans ces problèmes. Maintenant, s’il ne nous reçoit pas, l’intersyndicale fera ce qu’elle sait faire. »

Tous les syndicats ont signé la missive, à l’exception de Atia i Mua. Selon Patrick Galenon, le syndicat est tout de même solidaire de l’action.

Patrick Galenon conclut :

« Aujourd’hui, la retraite c’est 35 milliards. Les cotisations, c’est 32 milliards. Ce que l’on souhaite c’est retrouver ces 3 milliards mais ce n’’est pas en allant puiser dans la poche des retraités que l’on va trouver ces 3 milliards. C’est en créant de l’emploi et en créant de la relance. C’est tout ce que l’on souhaite. »
 

Rédaction web avec Laure Philiber et Esther Parau-Cordette 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Gaz de Tahiti : les zones de stockage sous...

Le stockage de gaz et d’hydrocarbures à Motu Uta répond à une surveillance stricte. La double explosion survenue à Beyrouth la semaine dernière a interpellé les Polynésiens sur le risque d’accident d’industriel. Nous avons pu accéder au dépôt de Gaz de Tahiti . Dans cette zone très réglementée, des systèmes de détection de gaz ou de flammes sont installés tout autour des installations.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV