samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Papara : l’emplacement du boulodrome de Tiamao fait débat

Publié le

À Papara, le maire Gaston Tunoa enjoint les joueurs de pétanque de l’association « Aroa no Tiamao » à libérer au plus vite, le terrain sportif de l’école Tiamao, appartenant à la commune. Depuis deux ans, les membres de cette association y ont installé un boulodrome et revendiquent le droit d’y rester jusqu’à la fin de l’année. Mais la commune n’est pas de cet avis

Publié le 20/05/2020 à 17:37 - Mise à jour le 20/05/2020 à 17:37
Lecture 2 minutes

À Papara, le maire Gaston Tunoa enjoint les joueurs de pétanque de l’association « Aroa no Tiamao » à libérer au plus vite, le terrain sportif de l’école Tiamao, appartenant à la commune. Depuis deux ans, les membres de cette association y ont installé un boulodrome et revendiquent le droit d’y rester jusqu’à la fin de l’année. Mais la commune n’est pas de cet avis

Les 120 membres de l’association « Aroa no Tiamao » sont en colère.
En effet depuis janvier 2018, ils viennent jouer à la pétanque les samedi et dimanches, sur le terrain sportif de l’école Tiamao, appartenant à la mairie de Papara.
Mais aujourd’hui, l’actuel maire de la commune Gaston Tunoa leur ordonne de libérer les lieux au plus vite.
Soutenue par le premier adjoint au maire Roonui Fenuaiti l’association « Aroa no Tiamao » dit avoir une convention avec la mairie, leur permettant d’occuper les lieux jusqu’au mois de décembre 2020. Ils se plaignent par ailleurs, que le maire Gaston Tunoa ait fait enlever leurs poteaux délimitant le boulodrome. « Nous ne sommes pas contents qu’il ai pris ce poteau parce que ça n’appartient pas à la commune, ça appartient à l’association. La convention elle finit le 27 décembre et pour nous, nous devons être là jusqu’au 27 décembre. et non pas nous déloger », estime Tahia Teriinoho membre de l’association.

« Ce soir je suis venu apporter mon soutien par rapport à la décision qui a été prise par le maire : une décision qu’il a pris seul, sans concerter le conseil municipal », déclare Roonui Fenuaiti, premier adjoint au maire de Papara.

À la mairie de Papara, le maire Gaston Tunoa avance deux raisons pour justifier sa demande de libérer des lieux. Il dénonce une convention non conforme, signée avec la mairie. Par ailleurs plusieurs parents d’élèves se plaignent des mauvaises odeurs le long de la clôture : « Par rapport aux plaintes des parents d’élèves, tous les lundis lorsqu’il y a l’école, ça sent l’urinoir. Sur la convention qui a été émise par la commune, ça n’a pas été mis sur le nom de l’association Aroa no Tiamao, ça a été mis sous le nom d’une seule personne qui est Michel Moutea, président de l’association, en son nom propre, et qui est un agent de la commune. »

Lors d’une rencontre entre les deux parties hier (mardi 19 mai 2020), le maire Gaston Tunoa a proposé à l’association « aroa no Tiamao » de déplacer leur boulodrome, soit sur une parcelle de l’école Tiamao, soit sur le terrain communal d’Afaina, située à l’entrée de la commune de Papara. Les joueurs de pétanque de l’association « Aroa no Papara », ont refusé, ces deux options.

REPORTAGEThierry Teamo

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV