vendredi 3 juillet 2020
A VOIR

|

Orapu festival : une journée de danse au bénéfice de l’œuvre de Père Christophe

Publié le

Samedi 5 octobre à partir de 9 heures au Bassin de la Reine, la danse et la solidarité se mêlent, pour l'oeuvre de Père Christophe.

Publié le 25/09/2019 à 14:47 - Mise à jour le 25/09/2019 à 16:36
Lecture 2 minutes

Samedi 5 octobre à partir de 9 heures au Bassin de la Reine, la danse et la solidarité se mêlent, pour l'oeuvre de Père Christophe.


Orapu festival est un événement caritatif au bénéfice de l’œuvre de père Christophe. Le monde de la danse et la solidarité s’allient pour participer au financement du foyer d’accueil Te -Vai-ete qui offrira un lieu d’accueil, de soins et de prise en charge des sans-abris de Papeete.

L’événement est un atelier de danse géant donné par les professeurs de plusieurs écoles. Au programme : trois modules, tous axés autour du « Orapu », c’est-à-dire des quatre pas qui sont des « roulements de bassin » : Fa’arapu, Fa’arori, Ueue, et Ami (Tumami).

Pendant les pauses, un happening aura lieu : il s’agit de la confection d’une toile qui sera plus tard vendue aux enchères au bénéfice de l’œuvre de Père Christophe. Elle est réalisée par les danseuses qui, les pieds enduits de peinture, dansent sur la toile. L’œuvre a été commencée en amont. Deux séances de « ori-peinture » auront lieu pendant la journée. Il s’agit d’une œuvre conceptuelle dénommée « connexion à l’essence de la vie ». Le but est d’inscrire dans la toile l’énergie de la danse, qui est une connexion à la vie.

Une cagnotte en ligne sera mise en place à partir du 28 septembre pour ceux souhaitant faire des dons à l’oeuvre de Père Christophe.

Les écoles participantes officiellement :

Le conservatoire
Hei Tahiti`
Hitireva/ Aratoa
Hanihei/Toakura
Tuiana brodien
Ori I Tahiti / A Ori mai
Le Centre Arioi de Papara
Nonahere
Tamariki Poerani

D’autres écoles peuvent rejoindre l’événement, et bien sur l’événement est ouvert à toutes, mêmes si votre école n’est pas partenaire ou si vous n’êtes pas dans une école. Toutes sont les bienvenues pour cette journée de partage et de solidarité.

L’événement est initié « ORI TAHITI BY JOELLE ». Il est organisé par Joëlle Berg et une belle équipe issue du conservatoire et des groupes partenaires auxquels s’est jointe Manouche Lehartel.Co organisé par « Ori Tahiti by Joëlle », le CAPF, Hitireva et Hei Tahiti. Avec la participation de Manouche Lehartel.

Ci-dessous la signification du mot Orapu , un nouveau terme imaginé pour désigner tous le spas qui sont des roulement du bassin dans le Ori tahiti.

ORAPU

ORAPU NA TE ORI RA
ORAPU PAR LA DANSE

O MARAMA IA E TUI NEI TE ARE
SIGNE LA GRANDE MAREE LUNAIRE

IA PU MAI TE AROHA I TO’U IHO
GERME DE MA COMPASSION

PRATIQUE

Orapu Festival, un événement de ‘Ori Tahiti solidaire
Le 05 octobre au Bassin de la Reine
De 9h à 18h

Programme :

Module 1 : On s’échauffe et on se concentre sur son corps
. la mécanique des quatre pas Orapu : utilisation du corps dans l’exécution des pas
– étirements spécifiques, appuis plantaires dynamiques, position du corps, muscles concernés.
. la pratique des pas : drills, entrainement.
Durée 2 heures

Module 2 : Ori fitness. Durée 30 mn non stop

Module 3 : Variantes et pas composés sur les 4 Orapu.
ce module . il est donné par 5 professeurs des écoles et groupes partenaires. Durée 2h 30 mn

Tarif danseur: 2 000 Fcfp
Ceci inclut : les ateliers de danse, la boisson, la nourriture, un T-shirt, une visière de casquette.

Tarif spectateur et accompagnateur : 1 000 Fcfp

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nouvelle baisse des prix des hydrocarbures au 1er juillet

Afin d’accompagner la relance économique et de soutenir les familles polynésiennes, le Conseil des ministres a approuvé une nouvelle réduction de 9...

Préparation et maintenance des travaux avant la reprise des...

Les appareils d’Air Tahiti Nui vont pouvoir sortir de la torpeur du Covid-19. Une remise en route qui implique une maintenance rigoureuse et quotidienne face à des conditions atmosphériques spécifiques aux îles. Air salin, humidité et rayons UV : une cinquantaine de personnes veillent à l’entretien de la flotte selon un programme bien précis. Une opération inédite pour la compagnie au tiare.

Marquises : la famille Kaimuko, gardienne des traditions

À Hiva Oa, la terre des Toa Enata, la famille Kaimuko est considérée comme gardienne des traditions. Depuis quatre générations, elle préserve, défend et partage l'héritage des ancêtres marquisiens.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV