mardi 23 juillet 2019
A VOIR

|

Marotea Vitrac fait revivre les anciennes variétés de canne à sucre

Publié le

Publié le 20/02/2019 à 13:47 - Mise à jour le 20/02/2019 à 13:47
Lecture 2 minutes

Dans sa distillerie de Paea, Marotea Vitrac nous fait découvrir son rhum à “la belle robe paille”. Cet alcool au profil si particulier, Marotea l’obtient grâce à la qualité de sa canne à sucre, qu’il fait pousser sur plus de 2 hectares sur les hauteurs de Mitirapa, à Toahotu.
 
“Aujourd’hui dans ce champ, il y a douze variétés, explique-t-il, mais il y en a certainement plus. À Tahiti, Moorea, Taha’a et Raiatea, on a découvert qu’il y avait beaucoup de variétés. Certaines qui pouvaient être des dérivations de variétés, donc des cultivars de variétés. Mais globalement, on s’est surtout aperçu qu’on avait des espèces très différentes entre les espèces hybrides qui sont des cannes sucrières et des espèces nobles qui sont leurs ancêtres. Et donc on a encore toutes les espèces qui sont encore présentes à Tahiti.”
 
Pour faire pousser toutes ces variétés, Marotea utilise une agriculture biologique qu’il a appris à maîtriser. Il va même plus loin dans sa démarche. Dans son champ expérimental du côté de Paea, il étudie les avantages et les inconvénients des principales variétés de canne à sucre qu’il souhaite exploiter.
 
Son idée est d’associer la culture d’une variété ancestrale à celle qu’une espèce hybride afin d’optimiser leur productivité. Le jeune entrepreneur prépare même un doctorat à l’université de la Polynésie française, au sein du laboratoire “Ecosystèmes insulaires océaniens (UMR-241 EIO)”, pour améliorer les connaissances sur ce type d’agriculture.
 
En attendant, son exploitation lui demande un certain investissement. Il emploie quatre personnes deux semaines par mois pour entretenir ce domaine qui lui coûte chaque année 2 millions de Fcfp par hectare.
 
C’est tout juste s’il parvient à en tirer quelques bénéfices, mais pour que son entreprise soit rentable, il lui faut de nouveaux outils. Marotea a donc lancé une collecte sur la Toile pour financer un tracteur plus performant et un alambic à colonne de 100 litres.
 

Rédaction web avec Brandy Tevero

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X