vendredi 3 juillet 2020
A VOIR

|

L’opération « casques neufs » victime de son succès

Publié le

Publié le 13/11/2016 à 16:40 - Mise à jour le 13/11/2016 à 16:40
Lecture < 1 min.

L’opération consistait à ramener son ancien casque, homologué ou non, le donner à la gendarmerie qui, en échange offrait un bon d’une valeur de 7 500 Fcfp à faire valoir sur l’achat d’un casque neuf. L’établissement Tracqui où se déroulait cette initiative était  plein à craquer.

Selon ce capitaine de gendarmerie présent lors de l’opération « Aujourd’hui nous avons doublé le nombre de casques et de bons que l’on devait délivrer. Il en était prévu trente au départ et nous en avons distribué soixante ».

C’est la troisième opération de ce type et cette fois, la gendarmerie a été victime du succès. « Je suis un petit peu surpris effectivement du nombre de personnes qui attendaient. Nous avons fait des déçus. »

Pour ceux-ci, il reste encore quatre dates où ils pourront échanger leur casque.  le 22 novembre aux Etablissements Georges, le 28 novembre à Moto Bike Center, le 1er décembre à Bambou et le 5 décembre à la Sopadep.

Parallèlement à cette opération, la gendarmerie avec l’accord du procureur de la République a mis en place une alternative aux poursuites. A savoir, « Lorsque la brigade motorisée arrête un individu qui a un casque non homologué, on relèvera l’infraction d’un coût de 16 100 Fcfp. Mais si cette personne régularise sa situation en se présentant à la gendarmerie avec un casque neuf et homologué, l’infraction sera régularisable et il ne paiera pas d’amende. »
 

Rédaction Web avec Manava Tepa

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Permis de conduire : le CESEC rend son avis

Le CESEC a examiné un projet de loi du pays relative à l’enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur et de la sécurité routière et portant diverses modifications du code de la route de la Polynésie française.

Municipales 2020 : À Arue, un second tour boudé...

À Arue, trois listes s’affrontent : celle de Teura Iriti, de Tepuanui Snow et de Philip Schyle. La maîtrise de la crise sanitaire semble avoir fait revenir les électeurs au second tour, sans pour autant atteindre le niveau de 2014. Si la participation s’améliore par rapport au premier tour, elle est clairement marquée par un désintérêt général des électeurs.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV